Go Top

Le profil sportif et techno des néo-retraités

Samedi 14.05.2011

N’organisez plus de thé dansant, de match de pétanque ou de partie de jass pour la jeune génération des retraités ! Elle s’intéresse au multimédia et au nordic walking. Foi d’une étude de marché réalisée par l’Hospice général et la Ville de Vernier.

Par Marylou Rey, coordinatrice de REISO

Le baby-boom européen des années 1945 à 1965 n’a de secret pour personne. L’augmentation actuelle du nombre de sexagénaires non plus. Mais comment ces mamy-boomers et papy-boomers vont-ils aborder leur retraite ? Mystère. Peu d’études ont été menée sur ce sujet en Suisse romande [1]

Cette lacune est comblée par le Centre d’animation pour retraités (CAD) de l’Hospice général, Institution genevoise d’action sociale, en collaboration avec la Ville de Vernier, particulièrement concernée par ce thème puisqu’elle compte une population retraitée entre deux et trois fois supérieure à la moyenne. Présentée le 13 mai 2011, l’étude de marché sur les Genevois de 60-75 ans (dotée d’un petit budget et logiquement effectuée sur un petit échantillon) a été motivée par trois questionnements d’action sociale.

  • Comprendre les changements qui apparaissent aujourd’hui et vont se renforcer dans les prochaines années.
  • Adapter les prestations et les animations en fonction des souhaits des personnes concernées.
  • Aussi et peut-être surtout : repérer comment éviter l’isolement des personnes âgées, les souffrances discrètes et les risques sociaux et sanitaires liés à cette solitude.

L’informatique et la marche

Les résultats de l’enquête [2] montrent qu’il y aura du travail pour le CAD afin que son catalogue d’activités anticipe les besoins à venir. Les animations traditionnelles destinées aux retraités expérimentés, les ateliers de couture et les cours de danse ? Pas la tasse de thé des retraités débutants. Les 60-75 ans utilisent l’informatique, l’internet, le multimédia et souhaitent en savoir plus sur ces outils. Ainsi donc, si la « fracture numérique » existe encore, elle se déplace pour ne plus séparer les salariés et les pensionnés mais les différentes générations de retraités. Peut-être disparaîtra-t-elle complètement à moins que les fractures sociales l’incrustent d’une autre manière…

Dans ce même chapitre des loisirs, l’enquête menée sur le Canton de Genève montre que la télévision vient en tête des loisirs pratiqués, devant la lecture et l’informatique. Les seniors feraient-ils une consommation télévisuelle débridée par rapport aux autres tranches d’âge de la population ? Nous en doutons et les indices recueillis n’ont pas pu être comparés à d’autres statistiques. Parmi les loisirs préférés figurent aussi les sorties au café ou au restaurant, la marche, le nordic walking, les sports d’eau (probablement l’aqua-gym).

La solitude des veufs et des célibataires

Une attention particulière a été accordée aux personnes vivant seules. Sans surprise, l’étude a constaté que les célibataires, les veuves et les veufs sont globalement moins actifs que les personnes en couple. Pour en savoir plus sur cette réalité, des entretiens qualitatifs ont été menés. Ainsi, l’année qui suit le veuvage voit une forte baisse des activités de loisirs et le réseau social se restreint fortement. Quel enjeu social ? « Nous allons analyser pourquoi et comment certaines personnes parviennent à rebondir, à se recréer un réseau d’amis ou à s’impliquer dans des activités bénévoles par exemple, et pourquoi d’autres s’isolent », explique Yves Perrot, responsable du CAD.

Monsieur dépense, Madame calcule

Du côté du porte-monnaie, une immense différence est apparue entre les hommes et les femmes. Ces messieurs dépensent environ 715 francs par mois pour leurs loisirs. Ces dames se contentent de 196 francs. Seraient-elles encore formatées pour économiser l’argent du ménage gagné à la sueur de son front par le « chef de famille » ? Préfèrent-elles les randonnées gratuites dans la nature au golf plus dispendieux ? Ont-elles simplement moins d’argent que les hommes ? Espérons qu’une étude genre analysera prochainement ce constat étonnant qui n’a pas pu être documenté par l’enquête genevoise.

Une génération plus revendicative

Côté solidarité sociale, les personnes interviewées la pratiquent par des activités bénévoles [3] qui correspondent aux tendances dessinées par les statistiques nationales. Sur la solidarité attendue à leur égard, les 60-75 ans adoptent en revanche un nouveau comportement. Les anciens recevaient de bon gré ce qui leur était proposé, les nouveaux ont le sentiment d’avoir accompli des devoirs envers la société et attendent en retour des droits. Une attitude un brin revendicative qui n’est pas pour déplaire à Yves Perrot.

Dans ce jeu des différences, un dernier point à signaler. Contrairement à leurs devanciers, les nouveaux retraités ont un souci récurrent : l’entretien de la mémoire (40% de l’échantillon). Alors, bravo aux campagnes de sensibilisation sur Alzheimer. Les messages de prévention ont bien passé dans cette génération. Cette sensibilisation parviendra-t-elle à faire reculer une des plus angoissantes maladies de notre temps ?

La Ville de Vernier, laboratoire social

Avec sa population âgée fortement représentée, la Ville de Vernier est particulièrement soucieuse d’anticiper les problématiques liées aux retraités. Lors de la présentation de l’étude, Thierry Apothéloz, maire de Vernier (« Une ville pas commune », comme le dit son slogan original) a présenté quelques projets en cours pour les aînés :

  • La nomination de Philippe Noverraz au nouveau poste de « délégué aux seniors » qui entre en fonction cette mi-mai 2011.
  • La fête de Promotion des seniors pour célébrer le passage à la retraite comme est célébré l’accès aux droits civiques lors de la Promotion des jeunes.
  • La mise sur pied du Salon des seniors en octobre 2011.
  • Un groupe de réflexion sur les nouvelles technologies aussi bien pour les automates des banques ou des transports publics que pour l’informatique privée.
  • Un autre atelier de réflexion sur les thèmes de la sécurité et de la prévention.
  • La parution d’un très riche et plaisant « Guide Activités Seniors 2011-2012 » de la Ville de Vernier. Cette brochure très complète est offerte aux habitant-e-s de Vernier et vendue aux autres au prix de 5 francs (+ frais d’envoi). Il complète le précieux Guide des seniors.

[1] A part celle de l’Université de Lausanne et de Connaissance 3 menée en 2009. Télécharger le rapport final de cette enquête fouillée et très riche. 74 pages pdf :

PDF - 461.7 ko
Styles de vie et activités de formation chez les seniors, Vaud, 2009

.

[2] L’enquête en chiffres

  • 2010 : diffusion du questionnaire
  • 3 « focus groups » de 10 personnes, dont deux au CAD et un sur la Ville de Vernier
  • 1’500 questionnaires envoyés à un échantillon représentatif (aléatoire) de personnes de 60 à 75 ans domicilées sur le canton de Genève
  • 242 questionnaires en retour, soit 16% des personnes sollicitées
  • 6 entretiens en face-à-face

Malgré une taille d’échantillon peu étendue, les principales variables sociodémographiques sont normalement distribuées (sexe, âge, revenu, niveau d’éducation, classe sociale), ce qui confère un statut parfaitement représentatif à l’étude même si en fonction du faible nombre de cas, toutes les analyses multivariées prévues n’ont pu être menées. Télécharger la présentation de l’enquête, 4 pages pdf, 688 ko :

PDF - 685.7 ko
EtudeRetraitésCAD

[3] 58% des personnes interviewées s’engagent pour soutenir la famille (les petits-enfants probablement), les associations ou l’accompagnement de personnes âgées. Elles le font pour « créer des liens » et « par plaisir » mais surtout parce que cette activité leur donne « un sentiment d’utilité ».

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé