Go Top

Les albums photos

Des jardiniers extraordinaires au Vietnam

05.06.2014

Au milieu des bambous, un centre de sociothérapie forme des jeunes à l’autonomie et à l’écologie. Reflets de leur vie quotidienne dans une exposition organisée par des étudiantes de l’EESP.

Situé à Hué, au centre-est du Vietnam, « La Maison des Bambous paisibles » (« TinhTrucGia ») est un centre de formation professionnelle et de vie communautaire pour des adolescents et des jeunes adultes souffrant de déficience intellectuelle ou issus de milieux fortement défavorisés. Il a été inauguré en 2009 par la Fondation suisse Eurasia, créée par M. et Mme Ha Vinh à Palézieux (VD).

Basée sur un mode familial, la vie communautaire joue un rôle prioritaire dans le projet du centre. Plusieurs ateliers de formation professionnelle offrent à chacun la possibilité d’occuper une place dans le collectif, de se rendre utile, mais également de développer des compétences spécifiques dans une optique d’acquérir le plus d’autonomie possible.
 Chacun peut ainsi s’exercer dans la confection de confitures, le travail artistique de la peinture sur laque, la préparation des repas en cuisine, la fabrication de poupées, d’encens ou de broderies.

La maison développe depuis peu un jardin biodynamique qui devra, comme toutes les activités de la Fondation, peu à peu s’autofinancer et s’autogérer. Le jardin potager est cultivé pour nourrir sainement la communauté, mais aussi pour développer un projet-pilote au Vietnam où l’écologie est encore peu répandue. Afin d’obtenir les certifications écologiques, des professionnels ont donné de leur temps et de leurs compétences, tant en Suisse que dans les universités vietnamiennes.

La vie en communauté se base sur les principes issus du mouvement Camphill, fondé par le Dr Karl König en 1940, qui vise la reconnaissance de la valeur intrinsèque de chaque être humain et des droits fondamentaux de la personne handicapée. Il s’agit donc de rechercher et de « jardiner » des structures sociales favorisant une véritable complémentarité entre les individus.

Etudiantes en travail social à la Haute Ecole de travail social et de la santé · EESP · Lausanne, Nadine Kamber et Carina Delgado ont séjourné à la Maison des Bambous paisibles dans le cadre d’un module libre de leurs études. « La chaleur humaine, la simplicité et la gaieté de toutes les personnes rencontrées nous ont beaucoup marquées. L’exposition que nous organisons souhaite simplement partager ces impressions. »

Marylou Rey, rédactrice en chef de REISO, avec la complicité de Nadine Kamber et Carina Delgado

Agenda social et santé

L'affiche de la semaine