Go Top

Conférence Projet pilote sur la participation des personnes à l’aide sociale

Mercredi 16.09.2020
  • Date et horaire : mercredi 16 septembre 2020, de 17h à 18h30
  • Lieu : Fribourg, HETS, route des Arsenaux 16a, salle 3.13
  • Accès libre sans inscription

La Haute école de travail social Fribourg annonce la conférence « Quelle place pour les personnes concernées dans la formation en travail social ? »

Participation HETS FR

Intervenant·e·s : Caroline Reynaud et Sophie Guerry, professeures associées HES à la HETS-FR, en collaboration avec des étudiant-e-s et des usagers/ères formateurs/trices impliqué-e-s dans ce projet.

Cette conférence présentera un projet pilote mené à la Haute école de travail social de Fribourg, dans lequel des personnes au bénéfice de l'aide sociale ont été engagées pour former des étudiant-e-s durant tout un semestre. A partir de ce cas concret, les apports, limites et enjeux de la participation des publics concernés à la formation seront discutés. La valorisation des savoirs d'expérience soulève en effet de nombreux défis, notamment au niveau éthique, épistémique et pratique.

Cette conférence s’inscrit dans le Cycle « Participation - Quand les publics du travail social contribuent aux projets qui les concernent : potentialités et limites ». La participation des publics constitue aujourd’hui une valeur centrale du travail social, en particulier celle des publics directement concernés par les interventions sociales. Elle est considérée comme favorisant la capacité d’agir des personnes ou groupes souvent fragilisés, ainsi qu’une meilleure prise en compte de leurs besoins. Elle est au centre de plusieurs projets de recherche et/ou de formation développés à la HETS-FR, en tant que posture épistémologique et approche méthodologique.

Programme complet

Événement précédent 52 / 52 Événement suivant

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.