Go Top

Conférence sur la violence familiale envers les enfants

Jeudi 04.07.2019
  • Date et horaire : jeudi 4 juillet 2019, de 17h à 19h
  • Lieu : Lausanne, Unil, Géopolis, salle 1628
  • Inscription jusqu’au 27 juin à

Maltraitance enfants 2019

L’Observatoire sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents annonce la conférence-discussion «La violence familiale envers les enfants : résultats de la 4ème enquête menée au Québec».


Conférencière : Marie-Ève Clément
(PhD), Département de psychologie, Université du Québec en Outaouais

Discussion : René Knüsel, 
professeur de politique sociale, Unil, ancien directeur de l'OME


La maltraitance infantile est reconnue comme l’un des principaux problèmes de santé dans le monde par l’OMS. Le Québec figure parmi l’un des rares endroits dans le monde où sont réalisées périodiquement des études de prévalence annuelle de la violence familiale envers les enfants afin d’en documenter l’ampleur, l’évolution et les facteurs personnels, familiaux et sociaux associés.

Cette présentation porte sur les résultats de la quatrième édition de l’enquête panquébécoise (province francophone canadienne) sur la violence familiale envers les enfants (1999, 2004, 2012 et 2018). Réalisée par téléphone en 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 5 184 parents (3 976 mères et 1 997 pères), elle permet de suivre l’évolution des attitudes parentales face aux punitions corporelles ainsi que celle des conduites d’agression psychologique et de violence physique mineure et sévère envers un enfant de la famille.

En partenariat avec :

  • Service de protection de la jeunesse, Frédéric Vuissoz
  • Can-Team, Département femme-mère enfant du CHUV, Dr Jean-Jacques Cheseaux
  • NCCR Lives, Jacques-Antoine Gauthier (MER)
  • Les Boréales et le Centre d’étude de la famille, Département de psychiatrie du CHUV, Dresse Alessandra Duc-Marwood


Flyer

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Prémunir les jeunes contre les discours radicaux
Lundi 24.06.2019
Par Alain Ruffion
La question de la prévention primaire des radicalisations est cruciale. Comment agir auprès des enfants dès leur plus jeune âge pour les prémunir contre les discours des recruteurs ? La psychologie positive propose des pistes d’action.