Go Top

Un pavillon buissonnier pour les enfants des Grottes

Lundi 08.04.2019
  • Date et horaire : lundi 8 avril 2019 dès 18h30
  • Lieu : Genève, pré en bulle, rue de Montbrillant 18
  • Bienvenue à toutes et tous

L’association pré en bulle, active dans les rues, sur les places et les parcs des Grottes, des Cropettes et de Montbrillant à Genève, annonce la présentation du projet architectural du futur pavillon d’accueil enfants La Buissonnière.

Pre en bulle 2019En préambule, pré en bulle cite Anatole France : «De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.»

En fait, plus de 1’300 enfants de 5 à 12 ans vivent aujourd'hui dans ces trois quartiers de Genève, et les prestations existantes ne suffisent plus à absorber la demande des familles. Le nouveau projet d'animation «La Buissonnière» consiste à étudier et financer l'implantation d'un pavillon d'accueil sur l’espace Beaulieu (situé dans le parc du même nom). Il vise à proposer à l'intention des enfants un programme d'activités essentiellement centré sur la nature et l'agriculture. Durant les périodes scolaires, l'accueil sera libre, cependant que des centres aérés seront proposés durant les vacances.

Pré en bulle fait partie du collectif Beaulieu, lequel est composé de 8 associations d'agriculture urbaine de proximité. Le succès des diverses activités développées depuis 2008 encourage le développement des projets et des actions «nature en ville».

C'est donc dans ce lieu «d'expériences écologiques urbaines» que la Buissonnière proposera aux enfants un programme spécifique de promotion de la nature de proximité. Du jardinage à l'alimentation en passant par la biodiversité, les possibilités d'activités promettent d'être nombreuses, variées et réjouissantes.

La présentation du projet architectural du futur pavillon sera suivie de l’Assemblée générale de l’Association.

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le transhumanisme: dire adieu au corps?
Lundi 18.03.2019
Par Marc Atallah
Les discours transhumanistes prônent l’amélioration du corps humain en corrigeant ses limites. Cette idéologie, creuset du narcissisme contemporain, semble éloigner l’homme du monde réel. En fait, magnifie-t-elle ou déteste-t-elle les corps ?