Go Top

Autour des fantasmes sexuels envers les enfants

Mardi 23.05.2017

Dis NoDIS NO, association à but non lucratif créée à Lausanne en 1995, a choisi depuis 2014 d’explorer une approche préventive novatrice. Elle s’adresse aux personnes
 qui connaissent des fantasmes d’ordre sexuel envers les enfants, mais qui n’ont pas commis d’abus. L’association leur offre une écoute et des informations leur permettant de continuer à agir de manière responsable et respectueuse de l’intégrité des enfants.

Selon diverses études scientifiques, au moins 1% 
de la population masculine – parmi laquelle de nombreux adolescents et jeunes – est préoccupé par des attirances ou des fantasmes sexuels concernant les enfants. Occulter cette problématique et ne pas offrir de prestations ciblées à ces personnes peut, pour certaines d’entre elles, augmenter le risque d’un premier passage à l’acte.

Ce dépliant s’adresse ainsi aux personnes qui n’ont pas abusé sexuellement d’un enfant mais qui ressentent une attirance ou des fantasmes sexuels concernant les enfants. Il s’adresse aussi aux proches et aux professionnel·le·s de l’action sociale et de la santé qui repèrent de tels fantasmes et s’en inquiètent.

L’association. DIS NO a pour mission de prévenir la maltraitance 
et les abus sexuels envers les enfants. Elle a été instaurée pour apprendre aux enfants à « dire non » face à une personne maltraitante, d’où son nom. L’association dispose de bureaux à Monthey et son activité s’étend à l’ensemble de la Suisse romande.


Le dépliant en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?