Go Top

Vers des centres de fitness plus accessibles

Mercredi 05.04.2017

procap fitnessLes personnes avec handicap peuvent désormais consulter en ligne les informations sur l’accessibilité des centres de fitness.

Dans le cadre du projet «gofit – fitness sans obstacles», l’association pour personnes avec handicap Procap Suisse a rassemblé des données détaillées sur quelque 70 centres de fitness (photo © Procap).

De nombreuses offres sportives et de promotion de la santé ne sont pas accessibles aux personnes avec handicap. Procap Suisse et la Fédération suisse des centres fitness et de santé (FSCF) ont lancé ce projet pour changer la donne.

Des données détaillées sur la situation et les connexions en transports publics, l’accessibilité des salles d’exercice et des installations sanitaires, les appareils spéciaux de musculation, les qualifications spécifiques du personnel et la mise à disposition d’informations pour les personnes atteintes d’un handicap visuel ont donc été collectées. Celles-ci sont désormais consultables sur les sites de la FSCF et de Procap.

Lors des inspections, Procap Suisse explique aux centres comment ils pourraient encore améliorer leur accessibilité. Parfois de petites modifications suffisent, comme placer le matériel plus bas ou monter une poignée dans les toilettes. Des adaptations plus importantes peuvent aussi être suggérées comme l’acquisition d’un appareil de musculation à manivelle pour les personnes en fauteuil roulant ou la transformation des installations sanitaires. Depuis peu, l’association forme aussi les étudiantes et les étudiants en promotion du mouvement et de la santé à l’accueil des personnes avec handicap.

ndlr: Pour l'instant, la Suisse romande n'est malheureusement pas couverte.

 

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les proches aidants, champions de l’organisation
Lundi 23.09.2019
Par Florence Ducrocq
Des entretiens et un sondage en ligne ont donné la parole aux proches aidant·e·s. Les tâches accomplies sont encore plus complexes que ce que l’on imagine. Surtout quand il faut remédier aux défaillances des systèmes sociaux et sanitaires.