Go Top

Jean-Félix Savary dirigera la HETS Genève

Jeudi 17.03.2022

Jean-Félix Savary a été nommé directeur de la Haute école de travail social de Genève. Actuellement secrétaire général du Groupement Romand d’Etude des Addictions, il succèdera à Joëlle Libois le 1er septembre.

savary jf 170Jean-Félix Savary © HETS Genève

Le successeur de Joëlle Libois à la tête de la Haute école de travail social de Genève est connu. Il s’agit de Jean-Félix Savary, actuel secrétaire général du Groupement romand d’études des addictions (GREA).

Née à Lausanne en 1971, cette personnalité animée par un engagement très fort au service de la paix sociale, à savoir la capacité de pouvoir vivre harmonieusement ensemble, jouit à la fois d’une expérience du terrain et du management. Très engagé pour les droits humains, cet homme est doté d’une grande force de conviction, capable de fédérer et de mobiliser les énergies. Accrédité au Parlement, il dispose d’un très large réseau et d’une excellente capacité d’analyse des enjeux du travail social. Sa proximité avec les différents partenaires politiques et institutionnels du domaine social, mais aussi avec les hôpitaux, la Genève internationale et le monde du développement lui permet d’avoir une vue large et multi-dimensionnelle de ce secteur.

La direction de la HES-SO Genève adresse d’ores et déjà ses très vifs remerciements à Joëlle Libois qui a dirigé la HETS avec brio pendant plus de 12 ans, renforcé les liens avec les terrains professionnels, transformé la filière psychomotricité, contribué à la réforme du domaine du travail social et participé au développement de la HES-SO Genève avec engagement. Elle lui souhaite par avance une retraite bien méritée et plein succès dans les activités auxquelles elle désire se consacrer, notamment sur le terrain social en Inde.

(Source : communiqué HETS Genève)

L'affiche de la semaine

Dernier article

Au-delà du clivage se trouve la complémentarité
Jeudi 22.09.2022
Par Emmanuel Fridez et Benoit Renevey
Les stéréotypes bien établis ainsi que la concurrence entre travailleur·se·s et entrepreneur·e·s sociaux·les maintiennent une division entre deux champs d’intervention qui ne sont en réalité pas si différents, voire complémentaires.