Go Top

Transition numérique et insertion socioprofessionnelle

Lundi 24.01.2022

La HETS Fribourg lance une enquête qui vise à étudier la transition numérique dans le domaine de l’accompagnement vers l’insertion socioprofessionnelle et ses effets sur les pratiques et représentations des acteur·trice·s de ce domaine.

Logo speciall 2022 HETSFR 170

Destiné à l'ensemble des professionnel·le·s de l'insertion de toute la Suisse, le questionnaire lancé par la Haute école de travail social Fribourg s'inscrit dans le cadre d'un projet de recherche exploratoire financé par la HES-SO. Mené en partenariat avec l’association faîtière Insertion Suisse, il doit permettre de croiser les points de vue des professionnel·le·s en contact direct avec les bénéficiaires et ceux de leurs supérieur·e·s (cadres et managers), dans le but de déterminer les besoins en formation et de conseiller les institutions actives dans ce domaine.

Le questionnaire « Transition numérique et insertion socioprofessionnelle » est en ligne jusqu’au 19 mars 2022. Quelque 30 minutes sont nécessaires pour le compléter. Il est disponible en français, en allemand et en italien, et il est possible de passer de l’une à l’autre à tout moment lors du remplissage, en utilisant le bouton situé en haut à droite de la page web. Des résumés de la recherche en allemand et en italien sont disponibles sur le site de la HETS-FR.

Les connaissances et les propositions d’améliorations qui seront issues de cette recherche ne peuvent être convaincantes et efficaces que si de nombreux·ses voix de l’insertion socioprofessionnelle répondent à cette enquête.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à :

Lien vers le questionnaire 


Lire également

➙ Maël Dif-Pradalier et Thomas Jammet, «Quelle insertion socioprofessionnelle numérisée?», REISO, Revue d'information sociale, mis en ligne le 20 janvier 2022

L'affiche de la semaine

Dernier article

Au-delà du clivage se trouve la complémentarité
Jeudi 22.09.2022
Par Emmanuel Fridez et Benoit Renevey
Les stéréotypes bien établis ainsi que la concurrence entre travailleur·se·s et entrepreneur·e·s sociaux·les maintiennent une division entre deux champs d’intervention qui ne sont en réalité pas si différents, voire complémentaires.