Go Top

Enquête sur le programme «Sortir ensemble et se respecter»

Mardi 08.12.2020

Dans le but de connaître l’impact du programme de prévention des violences «Sortir Ensemble et Se Respecter (SE&SR) et son adaptation alémanique « Herzsprung : Freundschaft, Liebe und Sexualität ohne Gewalt » (Herzsprung), une évaluation d’impact nationale a été réalisée entre 2018 et 2020.

Unisante Sortir ensemble Se respecter 2020

1'273 jeunes issus de 10 cantons différents y ont participé. Les résultats mettent en évidence une bonne adéquation des contenus par rapport aux besoins et aux attentes des jeunes, ainsi qu’un haut niveau de satisfaction des jeunes et des animatrices et animateurs.

La comparaison des résultats avant et après le programme mettent en évidence plusieurs résultats:

  • Un rejet plus marqué des normes de masculinité légitimant la violence
  • Un recours plus fréquent aux stratégies de gestion des conflits mobilisant des compétences sociales
  • Une capacité accrue à exprimer ses besoins et à fixer des limites à l’autre au sein du couple
  • Une proportion plus élevée des participant·e·s qui savent à demander de l’aide si elles ou ils se trouvent dans une relation abusive.

Parmi les facteurs de succès du programme figurent les activités interactives et la capacité à susciter des prises de conscience et une autoréflexion de la part des jeunes sur leurs attitudes et comportements.

L’évaluation a été menée par Unisanté, Centre universitaire de médecine générale et santé publique à Lausanne. RADIX a mandaté cette évaluation dans le cadre de la diffusion nationale du programme, avec le soutien financier de la Fondation Oak et de la Fondation Promotion Santé Suisse.

Evaluation du programme «Sortir Ensemble et Se Respecter» et Herzsprung- Freundschaft, Liebe und Sexualität ohne Gewalt», Unisanté, novembre 2020, 144 pages en format pdf

En savoir plus



Lire aussi

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.