Go Top

Lancement du Dry January en Suisse romande

Lundi 07.12.2020

Dry January 2021

Après l’Angleterre et la France, le «Dry January» (janvier sans alcool) débarque en Suisse romande où la campagne fait office de projet pilote.

A partir du 1er janvier 2021 et pendant un mois, les professionnel·le·s et les institutions des addictions ainsi que les hôpitaux universitaires s’unissent pour inviter le public à réfléchir au rapport à l’alcool sur les plans individuel et collectif.

Un site web, une présence sur Facebook, Instagram et Twitter permettent à toutes celles et tous ceux qui s'inscrivent de recevoir des conseils gratuits et d’interagir. L’application gratuite «Try Dry», téléchargeable dès la mi-décembre, donne des indications de la consommation sur le plan individuel et apporte une aide pour atteindre les objectifs fixés. Des personnalités romandes prêtent leur voix à ce défi pas comme les autres.

L'idée d'un mois de janvier sans alcool vient du Royaume-Uni où l’organisation Alcool Change UK a lancé le tout premier Dry January en 2013. Depuis, la communauté des personnes curieuses ou motivées à tenter un mois de janvier différent ne cesse de grandir. Quelque 4 millions de personnes ont participé à la campagne en janvier dernier et parmi elles 71% ont déclaré dormir mieux et 58% avaient perdu du poids. La France a emboîté le pas du défi en 2020.

En Suisse, le Dry January est organisé par la Croix Bleue Suisse, le Groupement romand d'études des addictions (GREA) et l'organisation Staatslabor. La campagne est soutenue par l’Office fédéral de la santé publique.


Les dix partenaires

  • Addiction Jura

  • Addiction Neuchâtel
  • CHUV
  • Croix-Bleue romande

  • FEGPA – Carrefour Addictions

  • Fondation vaudoise contre l’alcoolisme
  • GREA

  • Hôpitaux universitaires de Genève
  • Promotion santé Valais

  • REPER


Source : GREA

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.