Go Top

Covid en Valais: les étudiant·e·s se mobilisent

Mardi 10.11.2020

HEdS Valais 2020
Le Service de la santé publique du canton du Valais a adressé une demande formelle de renfort à la Haute Ecole de Santé de la HES-SO Valais-Wallis. Solidaire du système sanitaire, c’est naturellement que la Haute Ecole de Santé a répondu favorablement à cette demande et a adapté son programme de formation.

Les étudiant∙e∙s de 3e année Bachelor en soins infirmiers actuellement en stage pratique pour huit semaines dans les milieux professionnels, voient ainsi leur stage prolongé de deux semaines dès le 9 novembre 2020. Septante étudiant∙e∙s francophones et vingt germanophones, qui se trouvent déjà dans les hôpitaux, EMS, CMS et cliniques valaisans sont ainsi mobilisé∙e∙s. Pendant leur stage, les étudiant∙e∙s sont accompagné∙e∙s par des praticiennes et praticiens formateurs dans leur travail. Ces jeunes suivent un processus réflexif destiné à réinvestir dans la pratique les enseignements, acquérir de l’expérience et enrichir leurs compétences professionnelles. Cette situation particulière liée à l’épidémie de Covid-19 les met face à un nouveau défi, certes difficile, mais enrichissant et formateur, cette activité sera valorisée dans leurs périodes de formation à venir.

Lors de la première vague de Covid-19 en mars dernier, des étudiant∙e∙s avaient déjà participé à l’effort collectif de renfort de manière volontaire.

Pour info, la Haute Ecole de Santé est composée d’une filière Bachelor en soins infirmiers avec une partie francophone, basée à Sion, et germanophone, basée à Viège, d’une filière ES à Viège ainsi que d’une filière physiothérapie à Loèche-les-Bains.

La Haute Ecole de Santé félicite ses étudiant∙e∙s pour leur engagement dans cette période de crise.

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Rendre la visite au musée «Accès-Cible»
Jeudi 10.06.2021
Par Monique Richoz
Dans les années 2000, l’ambition de faire adhérer un nouveau public à la Nuit des Musées de Lausanne et Pully et l’envie de suivre des pratiques novatrices dans les musées des pays voisins ont donné naissance à un laboratoire particulier.