Go Top

Prévention du suicide par et pour les jeunes
 à Genève

Lundi 09.11.2020

Malatavie HUG 2020

L’Unité de crise Malatavie des Hôpitaux universitaires de Genève lance une nouvelle campagne de prévention du suicide des jeunes : « Où que tu sois, on entend ton appel ».

Les idées noires arrivent n’importe quand, n’importe où, dans la tête d’un·e jeune, d’autant plus en cette période de crise sanitaire et économique. En Suisse, le suicide est la principale cause de mortalité chez les 15-24 ans. Tous les trois à quatre jours, un·e jeune passe à l’acte. Pour répondre aux appels à l’aide des jeunes et de leurs proches, la Ligne Ados de Malatavie Unité de crise (022 372 42 42) est accessible 7j/7, 24h/24.

La campagne a pour point de départ une fresque murale située dans le quartier de Plainpalais, Passage Cabriol. Ce projet de fresque a été mené en collaboration avec le Service de la jeunesse de la Ville de Genève. C’est la graffeuse genevoise Amikal qui a retranscrit les états d’âme des jeunes : mal-être, quête d’identité et d’indépendance, angoisses, difficultés relationnelles, modèles d’identification, prises de risques et de substances, changements corporels, ou encore questions sur la sexualité et la contraception. Les scènes ont été imaginées par l’artiste à partir de paroles de jeunes suivi·es à Malatavie, associé·es à la démarche, et de l’expérience des professionnel·les qui les prennent en charge.

Diverses actions de prévention et d’information sont déployées en parallèle sur Internet via le site en lien ci-dessous et sur les réseaux sociaux qui font partie intégrante du quotidien des jeunes.

La Ligne Ados Malatavie est un dispositif unique en Suisse et en Europe. « La période actuelle est compliquée et traumatique pour les adolescent∙es. Il est douloureux pour un·e adolescent·e de rester seul·e avec son inquiétude. La Ligne Ados lui permet de créer du lien, malgré la nécessité du semi-confinement et des gestes barrières, et de libérer sa parole. En cas de crise et d’idées noires, parler est vital », précise la Dre Anne Edan, médecin adjointe et responsable de l’Unité (et membre du Comité de la revue REISO).

Source: Malatavie

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Confinement et violences ne font pas bon ménage
Jeudi 03.12.2020
Par Aurélie Landry, Noémie Haenni et Myriame Zufferey
En période de semi-confinement, les femmes victimes de violences domestiques ont été confrontées à un double défi. Quelle priorité choisir pour préserver sa survie et celle de ses enfants ? Expériences vécues dans la région biennoise.