Go Top

L’exposition «Enfances volées» fait étape au Locle

Mercredi 11.10.2017

m paul senn 8© Paul Senn L'exposition itinérante « Enfances volées – Verdingkinder reden », consacrée à l'histoire du placement extrafamilial en Suisse, est encore visible jusqu'au 5 novembre 2017 aux Moulins souterrains du Col-des-Roches au Locle. Sa tournée de neuf années à travers la Suisse s'achèvera après cette ultime étape. Depuis 2009, l'exposition a fait halte dans douze villes et a été vue par plus de 150'000 personnes, dont 820 classes d'écoles.


« Enfances volées » a permis de briser un tabou et a amené de nombreuses personnes touchées à s'exprimer publiquement. Les récits de vie des anciens enfants placés qui sont diffusés dans l'exposition ont ému les visiteurs et les médias. Elle a ainsi largement contribué à ce que le destin souvent tragique des enfants placés en famille et en institution soit mieux connu du grand public et que la Suisse commence à se pencher sur cette sombre page de son histoire.

Au cours de près de 180 événements organisés en marge de l'exposition, un débat sur la question du placement extrafamilial d'enfants et d'adolescents hier et aujourd'hui a eu lieu. Plusieurs gouvernements cantonaux ont profité de cette plateforme pour demander pardon aux anciens enfants placés et pour annoncer des investigations dans leur canton.


Transmettre le savoir

L'exposition est le fruit d'une initiative privée de l'Association Enfances volées. Cette dernière a été fondée en 2004 dans le but de sensibiliser le public à l'histoire et au destin des enfants placés. L'association prévoit maintenant de réaliser un outil pédagogique bilingue pour les degrés secondaires I et II, dans le but de transmettre le savoir sur l'histoire du placement aux générations à venir. Pour ce faire, elle est encore à la recherche de moyens financiers.


Album photos

Agenda social et santé

Dernier article

Personne âgée et migrante : doublement isolée?
Lundi 16.10.2017
Par Claudio Bolzman
L’imaginaire collectif a longtemps vu les personnes immigrées comme une force de travail qui n’allait pas rester en Suisse. Les études ont contredit cette fiction. Depuis lors, sur le terrain, l’intégration peine encore à se concrétiser.

L'affiche de la semaine