Go Top

Inscription au Colloque sur le conseil en désendettement

Mercredi 31.05.2017
  •  Dates et horaires : 9 et 10 novembre 2017, jeudi de 13h30 à 17h30, vendredi de 8h30 à 16h45
  • Lieu : Olten, Aula Fachhochschule Nordwestschweiz FHNW, Von Roll-Strasse 10
  • Coût : entre 150 et 300.- si inscription avant le 31 juillet
  • Traduction simultanée : français, allemand et italien

m fld34 c andreas FotoliaAndreas / FotoliaCe colloque international «Prévenir l’endettement pour lutter contre la pauvreté» s’intéresse à la façon dont la consultation en matière d’endettement permet de lutter contre la pauvreté : l’annulation judiciaire des dettes restantes est-elle la solution pour les personnes endettées et en situation de pauvreté ? Comment une telle procédure peut-elle être mise en œuvre sur le plan sociopolitique en Suisse ? La manifestation s’adresse aux expertes et experts des services de conseils en désendettements et des institutions d’action sociale.

Des exposés en plénière, des ateliers, un « Marché des possibilités » et des présentations sur posters permettent de mettre le discours théorique actuel en lumière et de présenter l’offre disponible. Les participants peuvent ainsi réfléchir à leur propre mise en œuvre de la prévention de l’endettement et recueillir des idées de projets de prévention concrets. Le colloque constitue une opportunité de rencontrer d’autres spécialistes et intervenants, et de développer son réseau personnel au-delà des frontières nationales.

Direction du colloque : Dr Christoph Mattes et Prof. Dr Carlo Knöpfel, Hochschule für Soziale Arbeit FHNW, Bâle

Organisation : Haute école en travail social FHNW (Bâle) – en coopération avec les organisations CSIAS, Caritas Suisse et Dettes Conseils Suisse ainsi qu’avec le soutien du Programme national contre la pauvreté


Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le divorce, l’argent et le rôle des enfants
Lundi 14.10.2019
Etudiant·e·s et Caroline Henchoz (dir.)
Durant le divorce des parents, les enfants ne jouent a priori aucun rôle économique et sont «préservés». Une enquête montre qu’ils sont pourtant souvent impliqués contre leur gré, en particulier pour les pensions alimentaires.