Go Top

Publication / Enquête sur la santé des hommes qui ont des relations homosexuelles

Lundi 06.02.2012

Enquête sur la santé des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes et qui fréquentent les lieux de rencontre extérieurs

Groupe sida Genève, 2011, 40 pages

Les données ont été recueillies, de mi-juin à fin juillet 2011, lors d’actions de prévention, à l’aide d’un questionnaire auto-administré anonyme, sur 15 « lieux de rencontre extérieurs » en Suisse (cantons de Genève, Vaud, Valais, Fribourg) et en France (départements 38, 74). Sur les 565 hommes rencontrés durant la période d’enquête, 42% d’entre eux, soit 237 personnes, ont accepté de répondre aux questions. Leur âge moyen est de 44 ans.

Les principaux résultats
- 67% des répondants se définissent comme homosexuels, 25% bisexuels, 6% hétérosexuels et 2% ne se reconnaissent pas dans ces catégories (deux personnes ont précisé être transsexuelles).
- Ces hommes se distinguent des répondants aux enquêtes de santé gay générales par un grand nombre (médiane 12) de partenaires sexuels masculins dans les 12 derniers mois, en particulier un grand nombre de partenaires avec qui la pénétration anale est pratiquée (médiane 5), un plus grand nombre de partenaires féminines (24% ont eu des partenaires féminines dans les 12 derniers mois) et un multi-partenariat plus fort (46% ont eu plus de 10 partenaires masculins dans les 12 derniers mois).
- Leur exposition aux risques de transmission du VIH est élevée : 31% ont eu une pénétration anale non protégée avec un partenaire de statut différent ou inconnu dans les 12 derniers mois.
- 12% sont séropositifs pour le VIH et près d’un répondant sur 6 ignore son statut sérologique. 46% des répondants déclarent connaître la déclaration des experts suisses sur la non infectiosité des personnes en traitement, avirémiques et sans autres IST. 65% connaissent le traitement d’urgence (PEP).

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?