Go Top

Comprendre les proches aidant·es pour mieux les soutenir

Lundi 03.06.2024

L’étude SCOHPICA déploie son deuxième volet consacré aux proches aidant·es afin de comprendre leur vécu et mesurer l’influence de l’aide apportée sur leur qualité de vie et leur santé au fil du temps.

scohpica etude cohorte sante professionnels proches aidants lausanne source reiso 400© pikselstock / Adobe Stock

Dans les années à venir, les proches aidant·es seront de plus en plus sollicité·es pour apporter soins et soutien aux personnes fragilisées dans leur entourage. Cette augmentation du recours aux proches s’explique notamment par la pénurie de professionnel·les de santé. Si cette activité d’aide va de soi pour la plupart des proches aidant·es, qui fournissent un travail colossal et souvent invisible, elle peut les exposer à d’importants risques, en termes de qualité de vie et de santé, qui doivent être connus de toutes et tous.

C’est dans ce contexte et sur la base de ces constats que SCOHPICA (Swiss COhort of Health Professionals and Informal CAregivers), déploie dès à présent son deuxième volet. Le but : donner la parole aux proches aidant·es en récoltant annuellement des données et en mettant à disposition de toutes et tous des informations à leur propos jusque-là trop lacunaires dans notre pays. Ainsi, les politiques de soutien à ces personnes pourront s’appuyer sur des bases solides pour être ajustées. « Tout comme pour les professionnel·les de santé, il est impératif d’accorder aux proches aidant·es une attention particulière à leur bien-être et leurs conditions de vie, souligne Annie Oulevey Bachmann, professeure HES ordinaire à l’Institut et Haute École de la Santé La Source. En effet, comme pour le personnel de santé, leurs activités de soins et de soutien coexistent bien souvent avec d’autres obligations quotidiennes. Ce cumul les expose à des risques qui doivent être sérieusement pris en compte afin de s’assurer de la pérennité de leur contribution déterminante pour la santé de la population. Les proches aidant·es et le personnel de santé sont de véritables allié·es stratégiques. À ce titre, la société doit porter toute son attention sur leurs situations respectives. »

Une enquête en ligne, s’adressant à toute personne de plus de 18 ans apportant soins et/ou soutien direct à un·e proche (membres de la famille, ami·es ou toute autre personne impliquée), est désormais accessible. Comme pour le premier volet consacré aux professionel·les de santé, les résultats anonymisés seront mis à disposition de toutes et tous sur la plateforme interactive dédiée.

Une enquête d’envergure nationale

Lancée en 2022 par l’Institut et Haute École de la Santé La Source, Unisanté et le CHUV, SCOHPICA est la première étude d’envergure jamais réalisée en Suisse donnant la parole aux professionel·les ainsi qu’aux proches aidant·es. En plus d’une enquête annuelle par questionnaire à l’échelle nationale, une partie des personnes suivies pourra participer à des entretiens individuels afin d’approfondir certaines thématiques.

D’importance fondamentale pour piloter le système de santé en connaissance de cause, ces données seront mises à disposition des décideur·es et de la communauté scientifique. Les résultats seront par ailleurs discutés lors de forums publics. Ainsi, chaque année, grâce à ces données, des pistes très concrètes pour améliorer le bien-être de ces deux maillons essentiels du système de santé pourront être identifiées.

Deux récoltes de données auprès des professionnel·les de la santé de toute la Suisse ont déjà eu lieu en 2022 et 2023. Près de 6’500 personnes représentant une trentaine de professions de la santé ont répondu et l’analyse de leurs données est en cours. Le deuxième volet, consacré aux proches aidant·es, vient pour sa part de démarrer.

(Source : communiqué de presse)

Plus d’informations sur le projet SCOHPICA ou pour y participer


Lire également :

L'affiche de la semaine

Dernier article

Quel rôle du religieux dans les actions sociales?
Lundi 10.06.2024
Par Serjara Aleman et Juliette Salzmann
Pour mieux saisir l’imbrication entre les communautés religieuses et les solidarités locales, un projet tente de comprendre le rôle et la place de l’« hospitalité urbaine » déployée dans les quartiers de Genève.