Go Top

Dossier 2017 de REISO : Inclure les étrangers

Mercredi 09.11.2016

Au fil de l’année 2017, la revue REISO se propose de publier les éclairages interdisciplinaires (social, santé, citoyenneté, culture, etc.) des personnes qui souhaitent partager leurs connaissances avec notre lectorat sur ce thème important.

JPEG - 64.6 ko

En Suisse, l’« intégration des étrangers » déploie des facettes variées. Sa signification est précise dans les lois, plus souple sur le terrain, parfois contestataire dans des actions citoyennes. Comment accueillir des personnes venues d’Europe et du monde ? Comment prendre en compte la diversité culturelle de notre société ? Comment réagir face à des situations sociales et sanitaires complexes ? Avec et au-delà des définitions de l’intégration par l’école et le marché du travail, quelles pistes se dessinent-elles pour l’inclusion ? Face aux migrations d’hier et d’aujourd’hui, les services, les associations et les collectifs qui se mobilisent créent-ils de nouvelles façons d’envisager la réalité ?

Le transfert de savoirs et d’expériences avec REISO

  • Le lectorat de REISO se compose de personnes intéressées par les enjeux actuels de la vie en société dans sa dimension sociale, de santé publique et de citoyenneté. Elles suivent ce qui se pense et se pratique dans la formation, la recherche et l’action ; dans les institutions aussi bien que dans les associations. Les lecteur·trice·s de la revue sont exigeant·e·s et viennent lire les articles de REISO pour découvrir des textes documentés et nourrir leurs propres réflexions.
  • Les articles d’analyse, de synthèse d’une recherche ou de décryptage d’une expérience ne doivent pas dépasser 10’000 signes espaces compris. Ligne éditoriale et consignes rédactionnelles sur cette page internet de la revue.
  • Contact : Marylou Rey, rédactrice en chef, , 021 320 11 50

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?