Go Top

Livre / « Jeunesses précaires », M.-H. Soulet (éd.)

Samedi 19.03.2016

Jeunesses précaires

Soulet M.H. (éd.), Fribourg, Academic Press Fribourg, décembre 2015, 190 pages.

JPEG - 14.9 ko

Jeunes précaires, jeunes en difficulté, jeunes à problèmes. Les formulations reviennent à l’envi dans les discours médiatiques et les prises de position politiques. Mais en quoi les conditions contemporaines du passage à l’âge adulte sont-elles susceptibles de rendre ce dernier problématique et en faire un problème social ?

En quoi l’allongement contemporain de cette période de latence et le brouillement des cycles de vie dans les trajectoires biographiques contribuent-ils à rendre socialement délicat ce moment de l’existence ? En quoi les dynamiques du marché du travail, malgré les mesures d’insertion déployées en sa direction, rendent-elles l’accès à l’emploi problématique pour la jeunesse et enferment-elles certaines catégories d’entre elles dans une forme de « précariat » institutionnalisé ? En quoi les préoccupations sociétales sur la crise économique et sur la difficulté à profiler un environnement clair et stable participent-elles à redoubler l’incertitude des jeunes sur leur présent et leur avenir ? En quoi les politiques de la jeunesse, aussi nombreuses que contrastées, parviennent-elles à atteindre leur double objectif d’intégration et de participation sociales pour contrer les effets délétères de la précarisation des jeunes ?

Les auteur-e-s :

Ángel Belzunegui, Géraldine Duvanel Aouida, Henri Eckert, Martin Goyette, Gérard Mauger, Imed Melitti, Thomas Sauvadet, Damir Skenderovic, Marc-Henry Soulet, Eguzki Urteaga, Francesc Valls et Martine Zwick Monney.

Site internet Academic Press Fribourg, collection Res Socialis

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Parents sous pression pour devenir parfaits
Lundi 19.10.2020
Par Gaëlle Venard, Stijn Van Petegem et Vanessa Pina Brito
De nos jours, la parentalité est accompagnée de nombreux conseils et injonctions afin que l’enfant se développe de façon optimale. Toutefois, tant pour les pères, les mères que les enfants, le mieux ne serait-il pas l’ennemi du bien ?