Go Top

Livre / « Joindre l’utile à l’agréable », sur les jardins familiaux

Mercredi 07.10.2015

Joindre l’utile à l’agréable. Jardin familial et modes de vie populaires

Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Laure Scalambrin, Editions Antipodes, Lausanne, 2015, 240 pages

JPEG - 22.2 ko

D’invention philanthropique et faisant partie du paysage urbain depuis la fin du XIXe siècle, les jardins familiaux, appelés autrefois jardins « ouvriers », demeurent une réalité relativement peu documentée, alors même que les villes tendent à redécouvrir leur rapport à la nature.

À partir d’une enquête de terrain réalisée dans trois groupements en Suisse romande, ce livre nous fait pénétrer dans ce monde en donnant à voir les manières diverses dont leurs usagers s’approprient ces espaces. Ainsi, on découvre comment la question des pratiques de loisirs « productifs » vient rencontrer celle de l’alimentation et de l’autoconsommation, de la vie familiale, de l’habitat et des formes de sociabilités et de solidarités pratiques. Sans céder à la tentation du pittoresque, l’enquête témoigne également de certaines « rivalités » entre usagers, qui représentent autant de tentatives pour maintenir une certaine respectabilité populaire.

L’entrée par le jardin permet au final de revisiter l’approche sociologique des milieux populaires.

  • Arnaud Frauenfelder, docteur en sociologie, est professeur à la Haute école de travail social de la HES SO//Genève.
  • Christophe Delay, docteur en sociologie, est professeur à la Haute école de travail social et de la santé – EESP – Lausanne (HES SO).
  • Laure Scalambrin, sociologue, achève une thèse de doctorat en Sciences de l’éducation à l’Université de Fribourg (Suisse).

Un livre soutenu par le domaine Travail social de la HES-SO et par la Haute école de travail social Genève.

Antipodes

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Quelle égalité dans les assurances sociales?
Jeudi 19.09.2019
Par Camille Zimmermann
Dans les assurances sociales, les inégalités restent nombreuses. Si les inégalités formelles s’exercent souvent au détriment des hommes, les inégalités matérielles, ne touchant que les femmes, sont beaucoup plus pénalisantes.