Go Top

Atelier «Égalité de genre et travail social»

Mardi 24.09.2019
  • Date et horaire : mardi, 24 septembre 2019, de 18 à 20 heures
  • Lieu : Lausanne, Espace Dickens, avenue Charles Dickens 4
  • Inscription en ligne

AvenirSocial annonce l’atelier sur le thème «Égalité de genre et travail social : quels enjeux, quelles perspectives ?»

We Can do itLe travail social ne se caractérise pas uniquement par une forte féminisation, mais également par d’importantes inégalités dans l’accès aux postes à responsabilité. Les hommes sont facilités dans leur carrière et se trouvent surreprésentés dans les fonctions dirigeantes. Ce qui contribue à renforcer les inégalités de salaire, bien présentes aussi dans le travail social. Par ailleurs, dans des mêmes fonctions, la répartition des tâches entre collègues suit encore souvent une logique sexuée, souvent basée sur une vision traditionnelle du rôle des femmes et des hommes. La rhétorique de la « complémentarité » est encore bien présente dans des institutions sociales, ce qui contribue également à déléguer certaines tâches, souvent moins reconnues et valorisées, aux femmes.

Comment comprendre l’existence de ces inégalités dans le travail social ? Quelles sont les conséquences et surtout comment combattre ces inégalités ?

L’objectif de cette formation est double : il s’agira dans un premier temps de comprendre comment ces inégalités se sont inscrites dans l’histoire du travail social et de faire un état des lieux de la situation actuelle. Dans un deuxième temps il s’agira de discuter des moyens à développer pour réduire et combattre ces inégalités à diverses échelles.

Cet atelier est donné par Carola Togni, professeure et co-responsable du réseau Genre et travail social (GeTS) à la Haute école de travail social et de la santé (HETS&Sa), Lausanne.

Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le personnel de nettoyage sort de l’ombre
Lundi 16.09.2019
Par Viviane Gonik
Les mouvements de grève se multiplient dans le secteur du nettoyage. Mal reconnu·e·s, de nombreux salarié·e·s de la branche (une majorité de femmes) ont vu leur statut encore précarisé par l’externalisation de leur poste de travail.