Go Top

Janvier 2023: sélection de la bibliothèque des HES de Fribourg

Sélection des derniers livres qui ont retenu l’attention des bibliothèques spécialisées en travail social et santé. Ce mois-ci, par Dina-Elisabeth Ngani, Haute école de travail social Fribourg.


 

pour une approche plurielle de la schizophrénie

  • Petit, Brigitte
  • Pour une approche plurielle de la schizophrénie : du soin au social
  • Dol-de-Bretagne : Éditions d’écarts, 2022

Que savons-nous de la souffrance et des troubles de personnes qui, un jour, ont décompensé sur un mode psychotique ? Quelles preuves scientifiques indubitables pourraient corroborer ce choix historique et sociétal de considérer la folie comme une maladie ? À partir de notre engagement sur plusieurs décennies dans des services de psychiatrie et d’une certaine sensibilité à l’endroit des singularités les plus complexes, nous rendons compte dans cet ouvrage d’une autre manière de considérer ces moments de folie et proposons une approche plurielle, centrée sur ce que les personnes sont, au cœur même de leur existence, prises comme tout un chacun, dans les avatars de la condition humaine. Au sein de l’expertise et de l’expérience professionnelles, l’inter- subjectivité doit puiser sa force dans cette humanité partagée, loin de l’assèchement insidieux de certains parcours de soins protocolisés, proposés aujourd’hui en psychiatrie. [Payot]


 

transidentites

  • Alzetta-Tatone, Aline
  • Transidentités : les clés pour comprendre : enjeux, richesse des parcours trans
  • Paris : In Press, 2022

« C’est quoi une personne trans ? C’est quoi être trans ? Seul l’individu est en droit de déterminer qui il est, comment il se vit et se ressent. Dans ce livre inclusif, clair et sans sensationnalisme, Aline Alzetta-Tatone nous guide dans la découverte de ce qu’est la trans identité pour les adultes : les obstacles rencontrés lors du parcours de transition (psychologique, médical, administratif, social, familial), l’importance des réseaux de soutien et les enjeux rencontrés au quotidien. Parce qu’il existe autant de parcours trans que de personnes trans, cet ouvrage propose un concentré d’informations accessibles, simples et de nombreux témoignages pour faire le point, comprendre, accompagner, tout en plaçant au cœur de toutes les réflexions l’autodétermination de la personne. Une fois l’extraordinaire de la » condition trans « dépassé, il est possible de découvrir des personnes ordinaires, dont seuls certains aspects témoignent de l’immense variation humaine. » [In Press]


 

des difficultes pour se faire entendre

  • Forget, Jean-Marie
  • Des difficultés pour se faire entendre
  • Toulouse : Erès, 2022

Les mises en actes incompréhensibles des plus jeunes, des adolescents, parfois des adultes témoignent d’un défaut de recours à la parole pour manifester la souffrance qui est la leur. À partir de plusieurs exemples, l’auteur s’attache à identifier les conditions qui permettent au sujet de retrouver l’assise de sa parole. [Erès]


 

les addictions comportementales

  • Varescon, Isabelle
  • Les addictions comportementales : aspects cliniques, psychopathologiques et sociétaux
  • Bruxelles : Éditions Mardaga, 2022

A quoi sommes-nous accros ? Que sont les addictions comportementales ? Parmi les principales, nous comptons les addictions aux achats, aux jeux de hasard et d’argent, aux troubles des conduites alimentaires, au travail, à l’activité physique, ou encore à la sexualité. Autant de tentations auxquelles il peut être difficile de résister. Dans cet ouvrage dirigé par Isabelle Varescon, chacune de ces conduites addictives est décrite, analysée et accompagnée de repères quant à l’évolution et à la délimitation de ses critères diagnostiques. Tout aussi importants, des repères théoriques et cliniques, des données épidémiologiques nationales et internationales, des outils d’évaluation ainsi que des modalités de prise en charge sont présentés. Chaque section est écrite et comme entée par un ou plusieurs experts en la matière (enseignants-chercheurs universitaires et/ou des cliniciens). Cette approche didactique fait de cet ouvrage un outil parfait pour des étudiants en psychologie ou en santé, ainsi que pour des praticiens en exercice ou en formation. [Mardaga]


 

comprendre d ou viennent les vieux

  • Ploton, Louis
  • Comprendre d’où viennent les vieux : pour un dialogue entre générations
  • Toulouse : Éditions Erès, 2022

Principalement destiné aux jeunes professionnels de l’aide ou du soin et à tous ceux qui sont en relation avec des aînés ayant grandi en France autour des années 1950, nés pendant la guerre de 1939-1945, un peu avant ou un peu après, cet ouvrage offre un panorama des conditions de vie de cette période, inimaginables à l’heure actuelle. Le fossé culturel qui sépare ces aînés de ceux qui les entourent ne fait pas l’objet d’un enseignement qui permettrait de mieux comprendre nombre de leurs propos et conduites. Louis Ploton fait œuvre de transmission en racontant son enfance et sa jeunesse et plus généralement le monde dans lequel ont vécu les personnes âgées d’aujourd’hui. [Erès]


 

  • derriere les masques la souffrance mentale des jeunesSous la dir. de Morgny, Cynthia
  • Derrière les masques, la souffrance mentale des jeunes : construire du lien pour prévenir les idées suicidaires
  • Rennes : Presse de l’EHESP, 2022

Pendant le confinement, le nombre de troubles dépressifs parmi les 15-24 ans a été doublé par rapport à l’année précédente : les conséquences délétères de la crise sanitaire sur la santé mentale des jeunes mobilisent tous les acteurs pour développer la prévention et la prise en charge des tentatives de suicide. Prolongeant les enseignements d’une enquête sociologique sur les parcours des jeunes suicidaires et suicidants, cet ouvrage analyse les besoins des jeunes ayant des idées suicidaires ou ayant fait une tentative de suicide, les différentes « portes d’entrée » pour une prévention et une prise en charge, ainsi que les difficultés des professionnels du soin et de la relation. Dans quels contextes et par quels mécanismes la communauté des adultes s’avère-t-elle aidante ou au contraire se détourne-t-elle des jeunes ? Quel rôle jouent les réseaux sociaux dans l’expression et l’écoute des idées suicidaires ? Comment mieux détecter les signes de détresse par-delà les non-dits ? Préserver ou établir un lien bienveillant est prioritaire pour accompagner les jeunes, en rappelant que le suicide est la 2e cause de mortalité des 15-24 ans après les accidents de la route. [Payot]


 

travail social et emancipation

  • Dumoulin, Alice
  • Travail social et émancipation : « ça ne fait pas bruit »
  • Lyon : Chronique sociale, 2022

La première intention de ce livre est d’ouvrir une fenêtre sur le travail social par le récit. Ces métiers sont souvent sous le joug du devoir de réserve, et toujours pris dans l’enjeu de la confidentialité voire du secret professionnel. Il est dont difficile d’en parler ouvertement. Or, le travail social est à la croisée des rapports sociaux et détient une précieuse connaissance sur notre société. Les travailleurs sociaux souffrent de ce déni, d’un manque de reconnaissance certain, non pas seulement à travers un niveau de salaire insuffisant mais, plus profondément, concernant le sens même de leur métier. Ce n’est sans doute pas anodin. Ce recueil s’inscrit dans une forme d’éducation populaire qui consiste à partager des connaissances issues de vécus, mais qui parlent aussi de mécanismes à l’œuvre plus largement. Les travailleurs sociaux ont eu à cœur de livrer des récits représentatifs de leur métier, souhaitant ainsi valoriser ce qui leur parait faire sens, mais aussi ce qui heurte leur professionnalité. Les joies et les enthousiasmes révèlent ainsi l’essence du travail social. Par ailleurs, les colères et les inquiétudes exprimées majoritairement par les travailleurs sociaux sont des émotions qui révèlent des frustrations, des décalages, de l’inconfort… Elles ne viennent de nulle part et il semble particulièrement pertinent d’y prêter attention pour entendre ce qu’elles viennent dire. Nous verrons que l’agacement et les questionnements sont largement partagés, et constituent ainsi les indices d’un bouleversement en profondeur. C’est ce fil d’analyse que nous allons suivre pour aboutir à des pistes de réflexion, des perspectives sur nous-mêmes et notre société. [Chronique sociale]


 

experiences vecues du genre et de la race

  • Sous la dir. de Garrau, Marie et Provost Mickaëlle
  • Expériences vécues du genre et de la race : pour une phénoménologie critique
  • Paris : Éditions de la Sorbonne, 2022

Comment envisager les effets subjectifs et corporels produits par le sexisme et le racisme ? En quoi les catégories de race et de genre organisent-elles l’expérience ordinaire — y compris dans ses dimensions non-réflexives, affectives ou intimes — et dans quelle mesure, configurent-elles le rapport au monde, aux autres et à soi ? Quelles implications normatives et politiques sont mises au jour dès lors que les rapports de race et de genre sont envisagés, non comme des événements ponctuels dont la violence serait paroxystique, mais comme des structures de l’expérience quotidienne ou banale ? En élucidant l’expérience vécue des rapports de race et de genre depuis le point de vue des personnes concernées, la phénoménologie critique s’affirme depuis plusieurs années comme un renouvellement radical des problématiques qui guident la philosophie politique et sociale. Elle prend appui sur les travaux fondateurs de Simone de Beauvoir et de Frantz Fanon, pour proposer une relecture du canon phénoménologique — ses modes de description, ses objets, méthodes et concepts — et envisager les déplacements que les expériences minoritaires induisent. Elle redéfinit ainsi les outils de l’épistémologie sociale en comprenant les rapports sociaux de genre et de race au prisme des expériences qu’ils constituent : la manière dont ils configurent les corps et subjectivités, orientent le rapport au monde et aux autres ou modèlent la perception. Par un double diagnostic — la race et le genre produisent des effets réels et matériels dans l’expérience vécue, mais cette réalité n’implique aucun fondement nécessaire — la phénoménologie critique articule transformation sociale et transformation de soi en dessinant d’autres expériences politiques possibles. Alors que la phénoménologie critique est encore peu connue en France, cet ouvrage collectif témoigne de la fécondité d’une telle approche, tout en reconnaissant la pluralité des démarches qui s’en revendiquent. Il réunit des travaux de philosophes pour interroger la transformation de la phénoménologie par la critique sociale, les dimensions politiques de l’expérience personnelle, et les possibilités de faire de l’expérience de la domination la matière même de sa transformation. Avec des contributions de Marion Bernard, Magali Bessone, Alexandre Féron, Camille Froidevaux-Mettrie, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge, Johanna Oksala, Mickaëlle Provost et Mathieu Renault [Éditions de la Sorbonne]

 

Bibliothèque de la Haute Ecole de travail social Fribourg

(photo: HETS-FR – © Beni Basler)

L'affiche de la semaine

Dernier article

Hors de chez moi et accessible, c’est possible?
Lundi 30.01.2023
Par Valentine Perrelet et al.
Invisible, l’hyperréactivité aux stimulations sonores rend complexe le choix d’une activité. Une étude pluridisciplinaire a abouti à la création d’un prototype de technologie numérique qui aide les individus à se projeter dans leurs loisirs.