Go Top

Travail social hors murs : un métier de funambule

Mardi 09.03.2010

Les travailleur-se-s de rue ont pour objectif de renforcer les liens sociaux dans la ville. Mais comment leur pratique s’organise-t-elle face à celle des institutions partenaires en place ? Parviennent-ils à sensibiliser l’opinion sur la précarité grandissante ?

Par Vincent Artison, travailleur de rue pour la ville d’Yverdon-les-Bains et coordinateur de la plateforme romande des TSHM

Le travail social hors murs (TSHM) est devenu ces dernières années une pièce centrale de la politique de la ville. A l’intersection des questions sociales, de santé et de sécurité, ces professionnels jouent un rôle fondamental aujourd’hui en Suisse romande. La réalité de leur intervention reste cependant souvent mal connue. Les 2èmes Assises des TSHM visent à consolider la position de ce champ professionnel en émergence.

Renforcer le lien social

A l’heure où les préoccupations sociales et sanitaires vont grandissant, le métier de TSHM a pour objectif principal d’accroître l’émancipation et la qualité de vie des populations rencontrées dans la rue et/ou leur milieu de vie. Les travailleur‐se‐s de rue, après de longues heures d’immersion et de construction du lien, deviennent des personnes de référence pour un habitant‐e, un quartier, une ville et ses instances politiques, une entreprise, etc. Inscrite au carrefour de multiples domaines tels que l’éducation, la médiation, l’animation, la culture, la sécurité, l’économie, la psychologie, le sport, l’écologie, etc., leur pratique a pour buts de promouvoir et renforcer le lien social, contribuer à l’autonomie des individus et intervenir de manière précoce dans des situations d’exclusion et de précarité tout en leur permettant l’accès aux structures dans lesquelles ils sont susceptibles de trouver leur compte.

Intervention précoce

Après Yverdon, c’est Genève qui va recevoir plus d’une centaine de professionnels concernés par le travail social hors murs venant de tous les cantons romands. Cette journée, organisée par la plateforme romande des professionnels en travail de rue avec le soutien du GREA et de la Ville de Genève, témoigne bien de l’esprit d’approche communautaire mentionnée dans la charte du TSHM. Sous le titre « Collaboration avec les institutions et intervention précoce », ces Assises se veulent avant tout un espace de dialogue et d’ouverture, au travers d’une présentation, d’ateliers participatifs et d’une table ronde, entre des professionnels en travail de rue et d’autres, agissant plutôt à l’intérieur des murs, avec lesquels il est question d’agir en partenariat.

Des apprentissages inédits

Cet événement est aussi un moyen de promouvoir toute la richesse de ce métier, défendre les valeurs auxquelles il se réfère, reconnaître les apprentissages inédits qu’il engendre dans l’intervention face à des émergences « bizarres » et mesurer son impact dans la Cité. Avant‐gardisme, précocité, promotion de la santé, médiation, etc. Comment, pourquoi, au service de quoi et de qui ?

Les publics rencontrés dans la rue et leurs milieux de vie sont confrontés à une précarité grandissante qui les frappe de plein fouet. Il leur est difficile de retrouver une verticalité et une confiance dans un dispositif de cohésion sociale, éducative et sanitaire qui montre certaines limites quand il ne produit pas lui‐même de l’exclusion et de la maltraitance. Alors, TSHM et institutions : des partenaires ? De qui, comment et pourquoi ? Le fait de travailler aux marges est-il un cordon sanitaire, éducatif et social pour la société ? Autant de questions qui ont le mérite d’évoquer combien cet exercice s’apparente parfois pour le TSHM à celui du funambule.

La journée du 23 mars mettra en avant l’approche institutionnelle énoncée dans la charte du travail social hors murs. Il est en effet indispensable pour les TSHM d’agir en partenariat et de jouer un rôle de sensibilisation auprès des acteurs politiques, économiques, culturels et sociaux afin de trouver des réponses aux questions posées par les populations avec lesquelles ils sont en lien.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé