Go Top

Les albums photos

L’aide aux démuni·e·s en temps de coronavirus

01.05.2020

Partout en Suisse, des permanences fournissent aux personnes en situation de précarité et aux sans-abris des repas et un lieu pour dormir. Reportages photos d’Eric Roset dans quatre lieux genevois.

Partout en Suisse, des permanences fournissent aux personnes en situation de précarité et aux sans-abris des repas et un lieu pour dormir. Reportages photos d’Eric Roset dans quatre lieux genevois.

Les inégalités sociales n’auront jamais été aussi criantes que pendant la crise sanitaire et le confinement de ce printemps 2020. En plus du personnel soignant, des bénévoles et des civilistes, les professionnel·le·s du travail social se démènent et trouvent mille astuces pour apporter de l’aide. Le photographe Eric Roset en témoigne par ses reportages: la «distance sociale» n’empêche pas l’«écoute et l’aide sociales».

Sur la rade, le Bateau Genève est un lieu d’accueil, de soutien et de réinsertion socio-professionnelle pour les personnes en situation de précarité. La distribution de nourriture sur le quai bat son plein.

A Montbrillant, la Pastorale des milieux ouverts s’est également transformée depuis le coronavirus. Les professionnels salariés de l’Eglise catholique, des stagiaires, des bénévoles et des personnes précarisées ont trouvé de nouvelles idées pour coudre des masques, offrir des biens de première nécessité et des habits à un public plus nombreux que d’habitude.

Aux Acacias, le Caré assure un accueil d’urgence de jour, avec repas, douche, coiffeur, vestiaire et atelier couture. Là aussi, les professionnel·le·s, les bénévoles, les stagiaires et les personnes au bénéfice d’une activité de réinsertion s’activent pour organiser la solidarité dans le respect des consignes sanitaires.

Dans l’ex-caserne des Vernets, la Ville de Genève a mis sur pied un accueil d’urgence pour fournir un toit et un lit aux sans-abris. Chaque soir, les professionnel·le·s accueillent plusieurs centaines de personnes pour un repas et pour les installer dans des dortoirs qui respectent les distances exigées.

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Dialogue entre Bourdieu et l’épidémiologie sociale
Jeudi 28.05.2020
Par Philippe Longchamp
La «misère de position» a été définie en 1993. Cette notion converge avec les recherches actuelles d’épidémiologie sociale qui étudient les inégalités. Un dialogue interdisciplinaire en résultera-t-il ? Il pourrait s’avérer fécond.