Go Top

Publication / Jeunes et médias : guide pour parents et professionnel·le·s

Mardi 23.09.2014

Jeunes et médias numériques : Quels sont les principaux messages à l’intention des parents

OFAS, Programme national de promotion des compétences médiatiques, Dominik Petko et Bernard Baumberger, 64 pages Powerpoint.

JPEG - 61.7 ko

Une présentation pour formateurs·trice·s de parents fondée sur huit constats documentés :

  • Les nouveaux médias font partie de notre monde et sont utiles.
  • Là où il y a des opportunités, il y a aussi des risques.
  • Les parents ont une importante fonction d’accompagnement.
  • Les enfants doivent vivre des expériences médias positives.
  • Il faut les informer des risques et en parler sans attendre.
  • Il faut protéger autant que possible les enfants des dangers.
  • En cas de problème, compréhension et soutien avant tout.
  • Il faut encourager la conscience de soi et les compétences médiatiques.

Car internet, c’est comme une grande ville, avec

  • Des quartiers tranquilles et des ruelles sombres
  • Des personnes bienveillantes et des personnages inquiétants
  • Des zones piétonnes et des rues dangereuses
  • Des places de jeux et des quartiers chauds
  • De la sécurité et de la criminalité

Pour éviter les mésaventures et les dangers comme la cyberintimidation, le cyberharcèlement, les pièges de l’abonnement, le grooming, la dépendance, ce guide analyse d’abord les facteurs de risque, explique les bases légales et les ressources policières. Elle donne ensuite

  • Une série de conseils précis et concrets pour éviter les mauvais usages des médias numériques par les enfants et les jeunes
  • Les adresses des associations et institutions qui fournissent de l’aide
  • Des sites internet pour creuser certains aspects ou les sites de jeux conseillés selon l’âge des jeunes

Télécharger le jeu de diapositives sur cette page du site Jeunes et médias de l’OFAS

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?