Go Top

Nouveaux standards pour les centres d’accueil bas seuil

Mardi 26.04.2022

En 2022, Infodrog a révisé les lignes directrices pour ce type de structure. Elles fournissent, pour la première fois en français, des recommandations sur l’offre et l’assurance qualité.  

Les centres d'accueil bas seuil remplissent une mission dans le domaine de la réduction des risques liés à la consommation de drogues. Ils permettent ainsi aux personnes qui ne sont pas en mesure, ou ne souhaitent pas, arrêter de consommer de le faire dans les meilleures conditions possibles. Les professionnel·le·s de ces structures particulières adoptent à l’égard des individus une attitude orientée vers les ressources, l'acceptation et le développement. Ils·elles apportent de l’aide sans formalité bureaucratique aux personnes dépendantes, dans le but de stabiliser et d’améliorer leur santé psychique et physique.

Dès 1999, des standards ont été élaborés par le groupe d’expert·e·s Verband Sucht und Drogenfachleute Deutschweiz (VSD) [1] en collaboration avec des représentant·e·s de la section drogues de l'OFSP et du Bureau suisse pour la réduction des risques liés aux drogues (BRR) [2] . Puis en 2008, un groupe de travail issu du groupe d’expert·e·s Centres d'accueil bas seuil du Fachverband Sucht et d'Infodrog s'est formé afin de réviser ces standards et d'y intégrer, notamment, les exigences relatives aux locaux d'inhalation.

Une nouvelle révision a eu lieu cette année. Les recommandations, faisant office de guide pratique, ont été rebaptisées « Lignes directrices pour les centres d'accueil bas seuil ». Elles passent en revue les concepts d’hygiène, de sécurité, d’aménagement des locaux, entre autres et détaille notamment la mission du personnel.

(infodrog.ch/YT)

Consulter les « Lignes directrices pour les centres d’accueil bas seuil »

[1] Aujourd’hui Fachverband Sucht

[2] Aujourd’hui Infodrog

L'affiche de la semaine

Dernier article

Écouter les seniors en matière de polymédication
Lundi 16.05.2022
Par Sophie Wicht, Rachel Démolis et Rose-Anna Foley
Les aîné·e·s qui consomment plus de quatre médicaments au quotidien développent un savoir profane. Pour autant, leurs besoins sont-ils entendus par les médecins et les pharmacien·ne·s ? Une recherche s’est intéressée aux enjeux.