Go Top

Internet / Stop Suicide met en ligne la BD « Les autres »

Dimanche 15.06.2014

Site internet de la BD « Les Autres »

Stop Suicide, Genève, juin 2014

JPEG - 17 ko

STOP SUICIDE a créé un site internet pour diffuser plus largement la bande dessinée Les Autres, déjà présente dans les établissements du secondaire II dans le canton de Genève. Dessinée par l’auteur genevois JP Kalonji et coscénarisée par 5 associations de prévention romandes, la BD contient 6 histoires qui abordent avec finesse un large panel de thématiques auxquelles des adolescent-e-s peuvent être confronté-e-s : envies suicidaires, questions sur l’orientation sexuelle, addiction d’un parent, anorexie, contrainte sexuelle et harcèlement.

Sur le site, on retrouve les histoires en lecture directe ou en téléchargeant la BD complète. Les sites, les ressources et numéros d’aide spécifiques à chaque thématique y sont référencés : en un clic, on peut par exemple appeler le 147 ou visiter le forum ciao.ch. Optimisé pour être beau et facile d’utilisation sur tous les écrans, le site est consultable depuis tous les supports : ordinateurs, tablettes ou smartphones. « La BD papier est un bel objet, très attractif, mais la version en ligne permet d’accroître encore la diffusion des ressources d’aide à tous les jeunes, sans intermédiaires, et peut les accompagner partout », explique Sophie Lochet, coordinatrice de l’association. Le site permet de lire la BD, mais aussi de commander une version papier et de commenter les histoires. « A travers les commentaires, on pourra connaître l’avis des lectrices et lecteurs : est-ce que la BD leur parle, quelles sont leurs histoires préférées, comment ces scénarios les aident à faire face à ces problématiques dans la vie réelle ? »

BD « Les Autres »

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?