Go Top

Lecture / « Le suicide des personnes âgées », de M. Charazac-Brunel

Mercredi 02.04.2014

Le suicide des personnes âgées

Clinique, prévention et prise en charge. De Marguerite Charazac-Brunel, Editions Erès, Collection L’âge et la vie – Prendre soin des personnes âgées et des autres, Paris, février 2014, 270 pages.

JPEG - 15.3 ko

Le suicide est une des trois principales causes de décès de la personne âgée, avec le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Pourquoi, comment, dans quelles circonstances se donne-t-on la mort à un âge avancé ? Quelles sont les conséquences sur la famille et l’entourage ? Même si une certaine idéologie le présente comme un acte de courage presque nécessaire, le suicide demeure par essence un acte de désespoir face à la douleur physique et psychique. Le projet de mourir peut aussi survenir dans un mouvement de révolte, de clivage affectif et émotionnel, associé à un désir de toute-puissance sur la vie et la mort, mais également sur autrui. Les conséquences sur les générations suivantes et l’entourage sont redoutables.

La prévention du suicide de la personne âgée est plus complexe et plus difficile que celle de l’adolescent tandis que le risque létal est plus élevé. L’auteur offre ici une synthèse concernant les données épidémiologiques, les différents type de conduites suicidaires, les facteurs de risques, les signes précurseurs. A l’heure des débats sur l’euthanasie et le suicide assisté, elle met en évidence la souffrance des personnes suicidaires et celle des soignants et donne des pistes pour y faire face.

Marguerite Charazac-Brunel est psychanalyste (SPP, IPA), expert près la Cour d’appel de Lyon. Elle a une longue expérience de pratique clinique en service d’urgence et en formation à la prévention du suicide et exerce en cabinet privé. Docteur en psychologie clinique et psychopathologie, elle est chargée d’enseignements à l’université catholique de Lyon.

Site internet des Editions érès

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?