Go Top

Lecture / « Autisme et syndrome d’Asperger », de Myriam Noël-Winderling

Mardi 25.03.2014

Autisme et syndrome d’Asperger. Un autre regard sur l’humanité

de Myriam Noël-Winderling, Editions Erès, Collection La vie de l’enfant, Paris, mars 2014, 217 pages.

JPEG - 16.2 ko

En s’appuyant sur sa pratique de la psychothérapie et du diagnostic clinique et neuropsychologique d’adultes vivant avec le syndrome d’Asperger, l’auteur présente une vision différente de leur expérience, qui se veut fidèle à leur subjectivité et leur intériorité.

Cet ouvrage propose de comprendre de l’intérieur le psychisme, les fonctions cognitives et l’affectivité des personnes Asperger souffrant de troubles du spectre autistique. Sa description de la subjectivité autistique apporte des contributions inédites aux théories des neurosciences et de la psychanalyse. Des pistes pour la psychothérapie des personnalités autistiques qui visent à renforcer leurs spécificités psychiques plutôt qu’à les transformer sont ici évoquées.

Pour elle, l’autiste préfigure l’homme normal de demain pris dans un tourbillon d’informations et de sensations qu’il échoue à comprendre, incapable de créer de véritables liens avec autrui malgré l’interconnexion médiatique de nos sociétés. Elle nous invite à nous intéresser à l’expérience des autistes et Asperger pour reconsidérer les conditions de la socialisation, du lien et de l’humanité.

Myriam Noël-Winderling est linguiste et psychologue. Après une carrière en milieu hospitalier universitaire, elle pratique en consultation privée l’expertise en neuropsychologie et la psychothérapie. Elle exerce à Genève.

Voir sa présentation de l’ouvrage sur Youtube, 9 minutes.

Site internet des Editions érès

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?