Go Top

Publication / SHURP « Personnel de soins et d’accompagnement dans les EMS en Suisse »

Vendredi 01.11.2013

Rapport final de l’enquête relative au personnel de soins et d’accompagnement dans les établissements médico-sociaux en Suisse

F. Zúñiga, D. Ausserhofer, C. Serdaly, C. Bassal, S. De Geest & R. Schwendimann (2013), Institut für Pflegewissenschaft, Faculté de médecine, Université de Bâle, 86 pages

GIF - 23.6 ko

SHURP (Swiss Nursing Homes Human Resources Project) est une étude transversale multicentrique à laquelle ont participé 181 établissements médico-sociaux (EMS) suisses des régions alémanique, francophone et italophone. Elle a été menée par l’Institut de recherche en soins infirmiers de l’Université de Bâle entre 2011 et 2013.

Des EMS sélectionnés de manière aléatoire, 5’323 questionnaires ont été complétés, ce qui correspond à un taux de retour d’environ 76%. Les données de 10’061 résidants ont été récoltées. Leur âge moyen se situe à 84.7 ans et la part des femmes est de 73.6%. La durée moyenne de séjour est de 1’274 jours (3.5 années).

Quelques résultats

  • Contexte de travail. 93% du personnel de soins et d’accompagnement interrogé est plutôt ou très satisfait de la qualité des soins et de l’accompagnement dans son établissement, et 83% recommanderaient probablement ou sûrement leur EMS à un membre de leur famille ou à un ami. D’un autre côté, il manque souvent du temps au personnel pour s’informer de manière complète quant à l’état du résidant ou de la résidante (35%). Un tiers des personnes interrogées déclare devoir souvent laisser attendre un-e résidant-e, et plus d’un cinquième n’a, parfois jusqu’à souvent, pas le temps d’offrir un soutien émotionnel aux résidants qui manifestent des peurs ou des préoccupations. De même, il manque, parfois à souvent, à un quart des personnes interrogées du temps pour des soins qui favorisent ou maintiennent l’autonomie des résidants.
  • Conditions de travail. Diverses situations de stress et de problèmes physiques et psychiques de santé, auxquels le personnel de soins et d’accompagnement dans les EMS est confronté, sont mises en évidence. La majorité des personnes interrogées souffre un peu ou beaucoup de maux de dos ou de reins (71%), d’un manque d’énergie (66%), ou de douleurs articulaires ou rhumatismales (51%). En outre, près d’un quart du personnel de soins et d’accompagnement indique être émotionnellement épuisé une fois par semaine ou plus, et plus d’un tiers se sent épuisé à la fin de la journée. Le personnel de soins et d’accompagnement vit également les comportements agressifs de la part de résidants. Le comportement agressif verbal est le plus fréquent (23%), suivi d’agressions corporelles (10%).
  • Formation. Le personnel de soins et d’accompagnement dans les EMS suisses est constitué au total de 31% de personnes avec une formation de niveau tertiaire, titre d’une Haute école spécialisée (HES) ou d’une Ecole supérieure (ES). 42% des autres professionnels ont une formation de niveau secondaire (CFC ou AFP, y compris certificat d’aide-soignant·e de la Croix-Rouge suisse), et les derniers 27% sont constitués du personnel d’aide non qualifié qui comprend les personnes qui ont, par exemple, suivi une formation d’auxiliaire de santé auprès de la Croix-Rouge suisse. Dans l’ensemble, la proportion de ce personnel d’aide en Suisse alémanique est deux fois plus importante que dans les autres régions.
  • Recrutement. La grande majorité des établissements (environ 92%) apprécie la situation du recrutement de professionnels de la santé de niveau HES / ES comme étant difficile ou très difficile ; et environ deux tiers des établissements signalent encore une situation de recrutement difficile pour le personnel porteur d’un CFC.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Quelle égalité dans les assurances sociales?
Jeudi 19.09.2019
Par Camille Zimmermann
Dans les assurances sociales, les inégalités restent nombreuses. Si les inégalités formelles s’exercent souvent au détriment des hommes, les inégalités matérielles, ne touchant que les femmes, sont beaucoup plus pénalisantes.