Go Top

Lecture / « Un chrétien subversif - Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés »

Lundi 09.09.2013

Un chrétien subversif - Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés

Claude Braun et Michael Rössler, traduit de l’allemand par François Schmitt, Editions d’En Bas, Collection Esprit de résistance, 2013, 383 pages

Couverture Cornelius KochA la fois biographie d’un homme, l’abbé Cornelius Koch, et essai d’histoire contemporaine, ce livre nous plonge au cœur de trente années (1971-2001) d’évolution de la politique d’asile en Suisse et met l’accent sur les mouvement de citoyennes et de citoyens en faveur des réfugiés et des sans-papiers.

Cornelius Koch, enfant issu d’une famille émigrée en Roumanie au XIXe siècle, arrive en Suisse après la Seconde Guerre mondiale avec ses parents, son frère et sa sœur. Il fait ainsi l’expérience du déracinement et de l’exil dans sa propre chair. Suite au suicide de sa mère, Cornelius Koch décide de devenir prêtre. Grâce à des rencontres de personnes engagées dans des luttes sociales et politiques, il va mener un combat - collectivement enraciné - pour l’humanité et la justice envers les réfugiés et les sans-papiers en Suisse et au niveau international.

« Il revendiquait l’espoir pour ceux qui n’en ont pas, un espoir toujours concret : l’asile, des places de travail et, surtout, la solidarité. Il se battait pour la plus petite somme, mais il allait de l’avant, que les autres le suivent ou non. Il a donné une âme à la résistance contre l’injustice ; son engagement était politique. Cornelius Koch fut un contemporain exigeant et tenace. Ce qu’il dénonçait n’a pas disparu avec sa mort. L’impulsion qu’il a donnée doit donc être entretenue et poursuivie. Ce livre devrait y contribuer. »

Adolf Muschg, écrivain

En vente dans toutes les bonnes librairies

L'affiche de la semaine

Dernier article

La pudeur, signe humain de vulnérabilité
Vendredi 27.05.2022
Par Bernard N. Schumacher
Protectrice de l’intime, la pudeur contribue aussi à établir un lien de confiance avec autrui. Petite exploration philosophique de cette disposition, qui révèle l’être humain dans ses appartenances aux mondes biologique et spirituel.