Go Top

Publication / Rapport sur le poids des enfants et des adolescents en Suisse

Samedi 07.09.2013

Monitoring comparatif des données relatives au poids des enfants et des adolescents en Suisse

Rapport N°2, Promotion Santé Suisse, août 2013, 38 pages

CouvertureEnviron 17% des enfants et adolescents doivent être considérés comme en surpoids ou obèses. Il existe certes des écarts sensibles entre les cantons et les communes. Toutefois, les différences socio-démographiques sont particulièrement marquées : les enfants dont les parents ont un niveau de formation inférieur sont deux à quatre fois plus touchés par le problème de surpoids que les enfants dont les parents ont suivi des études supérieures.

De manière générale, il ressort que le surpoids est certes un peu plus fortement répandu dans les grandes villes et les cantons plutôt urbains que dans les régions rurales, même s’il y a, dans ces dernières aussi, des proportions considérables d’enfants et d’adolescents en surpoids.

  • Les enfants plus âgés sont plus souvent en surpoids que leurs cadets. Globalement, un enfant sur huit (12%) est en surpoids au 1er cycle (enfants en âge préscolaire). Dans le 2e cycle, ce sont déjà 18% des élèves qui sont concernés et 21% au niveau secondaire I.
  • Il n’y a que de très faibles différences entre les garçons et les filles en surpoids. Dans le 1er cycle, le surpoids a tendance à concerner un peu plus les filles, alors qu’au niveau secondaire I, ce sont plutôt les garçons.
  • Les enfants de nationalité étrangère (25%) sont significativement plus souvent en surpoids que les enfants de nationalité suisse (15%).

L’analyse montre également que la tendance à long terme d’accroissement du nombre d’enfants et d’adolescents en surpoids se stabilise. Dans l’ensemble, l’« épidémie de surpoids » infantile a cessé de progresser.

Le rapport en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Prémunir les jeunes contre les discours radicaux
Lundi 24.06.2019
Par Alain Ruffion
La question de la prévention primaire des radicalisations est cruciale. Comment agir auprès des enfants dès leur plus jeune âge pour les prémunir contre les discours des recruteurs ? La psychologie positive propose des pistes d’action.