Go Top

Publication Obsan / « La dépression dans la population suisse »

Lundi 01.07.2013

La dépression dans la population suisse

Conséquences multiples des dépressions légères. Données concernant l’épidémiologie, le traitement et l’intégration socioprofessionnelle. Rapport de l’Observatoire suisse de la santé (Obsan), 142 pages.

Couverture_Obsan_depressionLa dépressivité légère est très répandue en Suisse et, vu ses conséquences, elle ne doit pas être négligée. C’est ce que montre une étude réalisée par l’Observatoire suisse de la santé avec la collaboration de Psychiatrie Baselland. Cette étude, qui s’appuie sur plusieurs sources de données, montre que les personnes touchées sont plus souvent en situation d’incapacité de travail ou de baisse de productivité et qu’elles souffrent plus fréquemment de troubles somatiques. L’évolution de la maladie et de son traitement est étroitement liée au statut des personnes concernées sur le marché du travail.

Ce rapport résume les résultats de la recherche au plan international sur différents aspects des maladies dépressives et analyse les données disponibles en Suisse. L’étude montre que si les symptômes dépressifs sévères sont relativement rares (environ 3% des personnes enquêtées), les symptômes légers sont très répandus. Dans les enquêtes auprès de la population, environ 16% des Suisses disent souffrir de symptômes dépressifs tels que manque d’énergie, troubles du sommeil ou perte d’appétit.

L’étude en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?