Go Top

Lecture / « La philosophie face au handicap » de Bertrand Quentin

Lundi 01.07.2013

La philosophie face au handicap

De Bertrand Quentin, Editions Erès, mai 2013, 167 pages.

Bertrand_Quentin« Qu’est-ce qu’un handicapé ? Celui qui rassure le badaud de sa normalité propre et de sa solide identité. Celui qui voudra dépasser le regard du badaud pourra se voir en miroir dans la personne en situation de handicap. Notre identité est un acquis plus fragile qu’il n’y paraît. Soyons donc ouverts à la fragilité qui est si proche de nous-mêmes. La personne handicapée ne fait que révéler objectivement une figure possible de l’étrangeté. Elle offre en même temps la possibilité pour chacun de nous de reconnaître la part d’étrangeté qui est la nôtre. »

Le handicap force la philosophie à repenser ce qu’est un homme. Platon demandait « si la vie valait la peine d’être vécue avec un corps en loques et en ruines ». Il nous parlait ainsi d’une société qui n’était pas prête à envisager la situation de handicap. Mais la philosophie n’est pas un savoir mort. C’est une pratique sans cesse à réactiver. Bertrand Quentin ne se contente pas de donner la parole aux grands philosophes de l’histoire, il se risque à proposer de nouveaux concepts (l’empathie égocentrée, les compensations inopportunes…) et à poser des questions gênantes : la personne qui ne pense pas est-elle un humain ? La médecine a-t-elle à résoudre les problèmes posés par le handicap ? Pourquoi avons-nous davantage peur de la ressemblance avec la personne handicapée que de sa différence ?

Bertrand Quentin est agrégé et docteur en philosophie. Maître de conférence en philosophie pratique à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée, il enseigne en master et doctorat d’éthique médicale, sociale et hospitalière. Spécialiste de Hegel, il développe actuellement une réflexion philosophique sur le handicap et le vieillissement.

Site des Editions Erès

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?