Go Top

Participez au Samedi du partage!

Lundi 23.11.2020

Samedi Partage GE 2020

A Genève, après avoir organisé une récolte exclusivement en ligne au mois de juin en raison de la situation sanitaire, le Samedi du partage sera de retour dans les commerces alimentaires pour son édition d’automne, les 27 et 28 novembre 2020.

Des centaines de bénévoles se relaieront au cours de ces deux jours pour collecter auprès des Genevoises et des Genevois des produits alimentaires et des articles d’hygiène qui seront redistribués gratuitement à une cinquantaine d’associations caritatives et de services sociaux actifs auprès des personnes en difficulté.

Ceux et celles qui préfèrent rester chez eux auront aussi la possibilité de participer à cette grande action de solidarité en se connectant à la plateforme de dons samedidupartage.ch.

Comme les années précédentes, la mission de l’association est de collecter des produits non périssables pour l’alimentation et l’hygiène de tous les jours. Les organisateurs remercient toutefois les généreux donateurs de se concentrer sur les articles qui sont remis lors des distributions alimentaires actuellement organisées dans le canton : légumes secs, riz, semoule de blé dur, boîtes de sardines ou de thon, tomates pelées en conserve, farine, huile, couches (tailles 4, 5 ou 6), gel douche, lessive et dentifrice.

Pour tenir compte du contexte épidémique, les organisateurs, d’entente avec les enseignes, ont réduit au maximum le nombre de bénévoles dans les magasins. Les mesures sanitaires en vigueur seront appliquées pour assurer la sécurité de toutes et de tous. Les personnes disponibles le vendredi 27 ou le samedi 28 novembre 2020 et souhaitant apporter leur pierre à l’édifice ont encore la possibilité de s’inscrire comme bénévoles soit directement en ligne, soit en contactant le 078 692 90 80.

Samedi du partage

L'affiche de la semaine

Dernier article

Travail social: risque de burn-out en croissance
Lundi 18.10.2021
Par Stéphane Beuchat
L’étude mandatée par AvenirSocial sur le travail social en temps de pandémie aboutit à des conclusions préoccupantes. L’association professionnelle, alarmée, fait entendre ses revendications.