Go Top

Lecture / « Les rapports sociaux de classes » d’Alain Bihr

Mardi 24.04.2012

Les rapports sociaux de classes

de Alain Bihr, Editions Page deux, Collection Empreinte, 140 pages.

JPEG - 27 ko

Alain Bihr est professeur émérite de sociologie à l’Université de Franche-Comté. Il a notamment publié « La reproduction du capital » (2001), « La préhistoire du capital » (2006), « La novlangue néolibérale » (2007) et « La logique méconnue du “Capital” » (2010), aux Editions Page deux, ainsi que, avec Roland Pfefferkorn, « Le système des inégalités », La Découverte, 2008.

Cet ouvrage s’adresse à ceux et celles qui suspectent les discours cherchant à faire croire que les sociétés contemporaines évolueraient vers la constitution d’une « classe moyenne » englobant l’immense majorité de leur population. Des discours qui tiennent pour négligeable le creusement continu, manifeste et accablant des inégalités sociales, qui masquent que ce sont là les effets des « lois du marché » et aussi de politiques délibérées mises en œuvre par les dirigeants des groupes industriels et financiers ainsi que par les gouvernants qui en défendent les intérêts.

L’ouvrage s’adresse donc à ceux et celles qui sentent confusément que nos sociétés restent divisées en classes sociales aux intérêts divergents et même contradictoires, qu’elles sont ainsi le champ d’une intense mais sourde lutte des classes. A ceux et celles qui désirent clarifier et conforter ces intuitions en faisant appel aux notions de classes, de luttes de classes, d’alliances de classes, etc.

A cette fin, l’auteur propose une grille d’analyse marxiste des rapports sociaux de classes qui n’exclut ni des emprunts à des auteurs non marxistes, ni des écarts par rapport à une certaine orthodoxie marxiste. Il vise ainsi à aiguiser la compréhension des enjeux des résistances à la domination et des luttes émancipatrices.

Page deux

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

La nourriture et les circuits de la récompense
Lundi 06.04.2020
Par Dayana Jaramillo Loaiza et Zoltan Pataky
Face à un aliment sucré ou riche en graisse, les circuits de la récompense s’activent dans notre cerveau. Les études basées sur les imageries fonctionnelles montrent que les personnes obèses et non-obèses ne réagissent pas de la même façon.