Go Top

Manifeste «Pas de santé sans santé mentale»

Jeudi 16.01.2020

Dans sa «Lettre trimestrielle» N° 82-83 de décembre 2019, l’association romande Pro Mente Sana publie un remarquable manifeste pour que chaque personne en Suisse puisse mener une vie digne et épanouissante.

 

Manifeste Pro mente sana 2019

  1. Pas de santé sans santé mentale. Pour des soins intégrés
  2. Le rétablissement est l’objectif. Changement de perspective
  3. La santé mentale nous concerne tous. Connaissances à diffuser à l’école
  4. Santé mentale dans la famille. Aide précoce pour les proches
  5. Santé mentale au travail. Formation systématique des employeurs
  6. Contre l’isolement et l’exclusion. Participation à la vie sociale
  7. Société solidaire. La vulnérabilité, caractéristique de la condition humaine
  8. Je ne suis pas un diagnostic. Valorisation du vécu de chacun
  9. Autodétermination dans le traitement. Respect des choix des patients
  10. Décisions éclairées sur les médicaments. Formation professionnelle sur les psychotropes
  11. Renforcer les droits des patients. En institution et avec des pairs
  12. Assurance de la qualité de tous les traitements. Tant psychiatriques que psychologiques
  13. Mission des assurances sociales. Un soutien rapide et non-bureaucratique.


Et deux citations de ce manifeste :

  • Par rapport à l’espérance de vie moyenne, celle des personnes souffrant d’une maladie ou d’un handicap psychique est actuellement inférieure de 10 à 15 ans.
  • Dans la formation des spécialistes, le témoignage et l’expérience des personnes qui ont pris des psychotropes sont des composantes obligatoires. Les pairs et les personnes concernées travaillent comme co-chercheurs et co-formateurs dans les hautes écoles et les universités.

Ce numéro de la Lettre trimestrielle publie également un article complet et documenté de Dr Carlos Leòn sur l’Open Dialogue et le rétablissement durable.


En format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Pour agir contre le harcèlement entre élèves
Jeudi 27.02.2020
Par Marlène Charpentier
Le harcèlement concerne en moyenne un à deux élèves par classe. Ce phénomène a de quoi inquiéter. Une évaluation de la Cour des comptes genevoise met l’accent sur la nécessité du renforcement de la formation des enseignant·e·s.