Go Top

La culture citoyenne et accessible primée

Lundi 26.08.2019

Marmite 2019

La Fondation Leenaards distingue le passeur de culture Mathieu Menghini, concepteur de La Marmite et maître d’enseignement à la Haute école de travail social de Genève.

Pour le jury de la Fondation Leenaards, « Mathieu Menghini n’a de cesse de tisser des liens et de créer des passerelles entre les personnes et les arts. Sa soif de démocratiser la culture, de la rendre accessible à toutes et tous, avec exigence et simplicité, dans la perspective d’une émancipation des êtres, fait de lui un passeur à part entière. »

Ce Prix culturel Leenaards 2019 valorise particulièrement son action en tant que concepteur, en 2016, de l’association La Marmite, qui vise l’élargissement et l’approfondissement de la réception culturelle pour et par toutes et tous. A la fois culturel, artistique et citoyen, ce mouvement a la particularité de mettre les « sans-part » de la culture (concept du philosophe français Jacques Rancière) en relation avec des artistes, des médiateur.rice.s et des entités artistiques.

Retrouvez l’article de Mathieu Menghini publié dans le manuel Participation culturelle, édité par le Dialogue culturel national, en 2019. Article pages 114-121 du Manuel.

La Fondation attribue ses Bourses culturelles 2019 à huit artistes à l’aube de leur carrière : les plasticien.ne.s Gina Proenza, Alfredo Aceto et Yusuké Y. Offhause; les représentants des arts de la scène Véronica Segovia (costumière) et Antoine Courvoisier (comédien); l’auteure Fanny Wobmann et, côté musique, la violoniste Anna Egholm et la mezzo-soprano Stéphanie Guérin.

L’attribution des Bourses et Prix culturels 2019 a lieu le mardi 24 septembre 2019, à 18h, au Théâtre de Vidy. Cet événement est ouvert au public, dans la limite des places disponibles. Inscription en ligne obligatoire: www.leenaards.ch/rdvculture.

En savoir plus

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le personnel de nettoyage sort de l’ombre
Lundi 16.09.2019
Par Viviane Gonik
Les mouvements de grève se multiplient dans le secteur du nettoyage. Mal reconnu·e·s, de nombreux salarié·e·s de la branche (une majorité de femmes) ont vu leur statut encore précarisé par l’externalisation de leur poste de travail.