Go Top

Schizophrénie et troubles bipolaires : conférence et film

Jeudi 12.09.2019
  • Date et horaire de la conférence : jeudi 12 septembre 2019, 20h
  • Lieu : Martigny, Salle Notre-Dame-des-Champs, rue de l’Eglise 1
  • Entrée libre
  • Projections-débats: 14 octobre 2019 à Martigny et 15 octobre à Sion

Logo Synapsespoir

Deux événements sont organisés cet automne pour marquer les dix ans de Synapsespoir, association de proches de personnes souffrant d'une schizophrénie ou de troubles bipolaires en Valais.


Conférence

  • «Identifier ses ressources personnelles pour mieux vivre»
  • Par Tanja Bellier, Docteure en psychologie, psychologue-psychothérapeute, HUG et Unil

L’oratrice a développé des outils d’auto-évaluation des ressources pour les patients souffrant de troubles psychiques. Elle travaille dans une approche humaniste centrée sur le rétablissement. Psychologue à la coordination des recherches cliniques et psychosociales aux HUG, elle mène des psychothérapies individuelles ou en groupe et enseigne à Lausanne et Genève.


Projections-débats

  • «Loulou»
  • Film de Nathan Hofstetter

Loulou 2019Nathan est diagnostiqué schizophrène paranoïde. Maintenant, il va mieux, avant il allait beaucoup moins bien. Il se filme, il filme ses proches de l’hôpital, son meilleur ami bipolaire, son père, sa sœur, sa mère et son amour. Grâce à eux, il commence à devenir un homme au lieu d’un fou. Pour Nathan, tout le monde est un «Loulou», 
à sa manière.

  • Le réalisateur sera présent pour échanger avec le public.
  • Ces projections sont organisées par Synapsespoir en partenariat avec Box Production
  • Dates
    • Lundi 14 octobre 2019 à 18h15, Martigny Cinéma (salle à confirmer).
    • Mardi 15 octobre 2019 à 18h, Sion Cinéma Lux

 

Synapsespoir

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le personnel de nettoyage sort de l’ombre
Lundi 16.09.2019
Par Viviane Gonik
Les mouvements de grève se multiplient dans le secteur du nettoyage. Mal reconnu·e·s, de nombreux salarié·e·s de la branche (une majorité de femmes) ont vu leur statut encore précarisé par l’externalisation de leur poste de travail.