Go Top

Mobilisation des ministres latins pour le don d’organes

Mardi 16.04.2019

Les conseiller·ère·s d’État des cantons latins en charge de la santé s’engagent pour promouvoir le don d’organe. Malgré une augmentation du nombre de donneurs, la Suisse continue à faire face à une importante pénurie.

Les sept ministres s’expriment  avec une touche personnelle dans de brèves vidéos.

J.GerberJacques Gerber (JU)

E Waeber KEsther Waeber
Kalbermatten (VS)

PY MaillardPierre-Yves Maillard (VD)

M PoggiaMauro Poggia (GE)

L KurthLaurent Kurth (NE)

MC DemierreAnne-Claude
Demierre (FR)

PA ScheggPierre-Alain Schnegg (BE)

En Suisse, plus de 1'400 personnes sont en attente d’un organe. Tous les cinq jours, un patient décède faute d’avoir pu être transplanté à temps. L’amélioration du don d’organes passe par plusieurs actions, tant fédérales que régionales. Les ministres des cantons latins en charge de la santé, réunis dans la Conférence latine des affaires sanitaires et sociales (CLASS), ont décidé de soutenir le don d’organes depuis plusieurs années. Ils ont donné mandat au Programme latin de don d’organes (PLDO), organisme regroupant tous les hôpitaux des cantons latins impliqués dans le don, de mettre sur pied, depuis 2018, des programmes de promotion du don auprès de la population. La CLASS a également soutenu la réalisation de nouveaux programmes de don d’organes et de tissus dans certains hôpitaux. Ce mandat est accompagné d’un financement particulier.

Pour intensifier la lutte contre la pénurie d’organes et dans le prolongement de la récente campagne de sensibilisation de l’Office fédéral de la santé publique, des clips vidéos sont désormais diffusés sur les sites internet des cantons et du PLDO.

Source : CLASS et PLDO

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Alimentation saine et inégalités sociales de santé
Lundi 30.11.2020
Par Wafa Badran-Amstutz, Dr Andrea Lutz, Karin Zürcher
« A table ! » Cet appel est certes une invitation au partage, à la convivialité et au plaisir, mais l’acte social et symbolique de manger est aussi un marqueur d’inégalités sociales de santé et un enjeu majeur de santé publique.