Go Top

Nouvelle campagne de Dialogai sur la santé globale

Lundi 04.02.2019

«À MA SANTÉ!» La nouvelle campagne de Dialogai veut prendre soin de la santé globale des gays. Avec de nombreuses actions et des ateliers.

Logo DialogaiDu 1er au 27 février 2019, Dialogai va à la rencontre des hommes gays pour leur parler santé et bien-être psychique. Que ce soit pour le grand public ou même les associations, la santé des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes est trop souvent cantonnée au VIH ou aux IST. Et pourtant d'autres questions telles que le mal-être, l'anxiété, la dépression, la santé psychique ont des conséquences lourdes à long terme sur la santé globale des hommes gays.

L’enquête santé gaie de Dialogai en 2002 a été l'une des premières recherches dans le monde à avoir mis en évidence le mauvais état de santé psychique des hommes gays et bisexuels. Toutes les recherches réalisées depuis sur la santé des hommes gays ont confirmé qu’ils sont particulièrement touchés par des problèmes de santé psychique comme les troubles anxieux, la dépression et l’abus de substances et qu’ils sont également à plus haut risque de suicide que les hommes de la population générale.

Durant le mois de février 2019, Dialogai organise des ateliers en lien avec les sites de rencontre, des coachings de santé mentale ou encore des ateliers ludiques et participatifs. En parallèle, des actions dans des bars et des saunas gays présenteront la campagne. Toutes les activités prévues sont gratuites et sans inscription. Suivre aussi le hashtag #dialogaiàmasanté.

La campagne est soutenue par Sidaide, l'Aide suisse contre le sida et l'Etat de Genève

En savoir plus

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?