Go Top

Exposition «Isabelle Eberhardt, de l’une à l’autre»

Jeudi 10.01.2019
  • Dates : du 17 janvier au 7 avril 2019
  • Horaires d’ouverture : de 11h à 18h, fermé le lundi
  • Lieu : Genève, Maison Tavel, rue du Puits-Saint-Pierre 6

Expo Eberhardt TAVEL
Elle est née dans le quartier des Grottes, à Genève, en 1877, et a vécu une vie de météorite : à 27 ans, Isabelle Eberhardt est emportée par la crue d’un fleuve en Algérie, où elle vivait. Cette auteure a ouvert la voie à de célèbres écrivaines voyageuses, comme Ella Maillart. Passionnée par l’Orient, elle voyage dans ces régions de sable et de vent qui deviennent l’inspiration principale de ses textes.

Dans le cadre de sa saison nomade, la Maison de Rousseau et de la Littérature (MRL) s’associe à la Maison Tavel pour présenter une série de documents encore jamais montrés, sélectionnés par la commissaire de l’exposition Karelle Ménine. Manuscrits, extraits de carnets intimes, photographies, dessins composent ici la traversée intime et sensible d’une œuvre engagée et d’une écriture lyrique, assoiffée d’absolu.

  • Production : Maison de Rousseau et de la Littérature (MRL), Fatrasproduction/Adelitt
  • Partenaires : Musées d’Art et d’Histoire, Archives nationales d’outre-mer, Archives d’Etat de Genève
  • Soutiens : République et canton de Genève, Ville de Genève


Vernissage
de l’exposition le jeudi 17 janvier à 18h30. Suivi à 19h30, d’une rencontre avec Laure Adler, historienne, écrivaine et journaliste, sur le thème «Femmes je vous aimes», et leur inscription dans l’histoire intellectuelle et littéraire, menée par Karelle Ménine. Le magazine La Couleur des jours a consacré un dossier à Isabelle Eberhardt en décembre 2018.

En savoir plus

 

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Le transhumanisme: dire adieu au corps?
Lundi 18.03.2019
Par Marc Atallah
Les discours transhumanistes prônent l’amélioration du corps humain en corrigeant ses limites. Cette idéologie, creuset du narcissisme contemporain, semble éloigner l’homme du monde réel. En fait, magnifie-t-elle ou déteste-t-elle les corps ?