Go Top

«La prévention en psychomotricité», une approche interdisciplinaire

Jeudi 08.11.2018

Genève : Editions ies, 2018, 112 pages.

La prévention en psychomotricité peut se pratiquer avec des dispositifs inédits, le soutien au développement de la personne, la participation sociale, l’interprofessionnalité.

Psychomotricite IESOn croit souvent que les interventions en psychomotricité se cantonnent à une salle de mouvement munie de multiples objets comme des ballons, foulards, cerceaux et plots. Toutefois, au-delà d’activités thérapeutiques, l’expertise psychomotrice s’inscrit aussi au cœur de la collectivité grâce à des modalités novatrices.
En mettant le corps et le mouvement sur le devant de la scène, l’approche psychomotrice, déployée dans des contextes communautaires, sportifs, éducatifs, pédagogiques ou de loisir, offre l’opportunité d’appréhender un processus de prévention prévenante.
Les dispositifs interprofessionnels présentés dans ce livre promeuvent des expériences propices au développement de la personne, tant en termes d’estime de soi, de pouvoir d’agir, que
de capacité à entrer en relation.

Les chercheur-e-s, les professionnel-le-s et les étudiant-e-s des domaines de la psychomotricité, du travail social en général, de la petite enfance et des milieux sportifs trouveront dans ces contributions des exemples de prévention émancipateurs et insolites. 



Direction d’ouvrage :

  • Anne-Françoise Wittgenstein Mani, professeure responsable de la filière Psychomotricité de la HETS Genève.
  • Juliette Bourquin, diplômée en Sciences de l’éducation, est adjointe scientifique dans cette filière.


Parmi les auteurs :

  • Winnicott, A. Bullinger, D. Mellier, J. De Ajuriaguerra, C. Gardou, A. Damasio, P. Meirieu 


Ouvrage publié avec le soutien de l’Association Psychomotricité Suisse et du Service de la petite enfance de la Ville de Genève. 



Editions ies

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Renoncement aux soins et petits arrangements
Lundi 25.03.2019
Par Blaise Guinchard et al.
Autonomisés et responsabilisés dans leurs choix de santé, les individus sont parfois contraints à renoncer à des soins. Ce phénomène prend de l’ampleur dans le canton de Vaud et nécessite une prise de conscience politique.