Go Top

Inscription Pièce de théâtre sur les directives anticipées

Lundi 19.11.2018
  • Date et horaire : lundi 19 novembre 2018, ouverture des portes à 19h15
  • Lieu : Morges, Théâtre de Beausobre
  • Entrée libre sur inscription

c Laetitia Grimaldi Jai pas fini«J'ai pas fini» © Laetitia Grimaldi


Héviva, en collaboration avec le Service de la santé publique, organise une table ronde introduite par la pièce de théâtre «J’ai pas fini».

La pièce de théâtre a été écrite par le Dr Eric Masserey et traite des directives anticipées. Sujet encore tabou dans notre société et méconnu des citoyens et des médecins, les directives anticipées font appel aux notions d’autodétermination, de délivrance, de droit de choisir ce que l’on souhaite pour sa vie… et pour sa mort. Mais les rédiger, c’est se positionner sur sa future mort, un geste délicat voire insoutenable pour certains. En parallèle, comment la société et la loi envisagent-elles cette démarche ? C’est ce que vous propose de découvrir cette pièce de théâtre, «J’ai pas fini !», titre inspiré de la chanson de Serge Reggiani, qui aborde les problématiques et questionnements posés par les directives anticipées.

  • Mise en scène: Jacques Maitre
  • Écriture: Eric Masserey avec Jacques Maitre et Anne Salamin
  • Production: Compagnies Opale et Anadyomène
  • Partenaires: Fondation Leenaards, canton de Vaud et TAMCO


Cette représentation est suivie d'une table ronde avec la participation de :

  • Dre Eve Rubli, Chaire de soins palliatifs gériatriques CHUV
  • Pre Murielle Pott, HESAV
  • Valérie Meunier, experte clinitque, EMS-EHC
  • Modération par Camille Angelo-Aglione, secrétaire romand des EMS à Curaviva


Inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?