Go Top

Recherche : «Une bonne prise en charge au troisième âge»

Vendredi 20.04.2018
  • Carlo Knöpfel, Riccardo Pardini, Claudia Heinzmann, pour la Fondation Paul Schiller, rapport de recherche, mars 2018, 36 pages.

Fontation SchillerUne grande part du travail de prise en charge des personnes âgées est assurée par les proches, les amis, les voisins et les bénévoles. L’ampleur de cette aide gratuite va diminuer en Suisse. La société devra à l’avenir intensifier les offres de prises en charge par des tiers, les rendre accessibles et abordables identiquement pour tous les individus. Elle devra aussi mieux reconnaître le travail des proches.

Pour les auteurs, ces dépenses sociales supplémentaires doivent être considérées comme des investissements favorisant la compatibilité entre la vie professionnelle, la vie de famille et la prise en charge par les proches. Ces dépenses contribuent à éviter des admissions trop précoces au sein
 des établissements stationnaires.

Un intéressant graphique montre le modèle des phases de la prise en charge qui s’imbriquent au fil du temps, avec de nombreuses interactions.

Cette recherche mandatée par la Fondation Paul Schiller a été dirigée par le professeur Carlo Knöpfel de la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest. Elle a fait l’objet d’un livre en allemand, 2018, 244 pages, paru aux Editions Seismo.


Le rapport en français

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Ecrire son mal-être pour sortir de sa bulle
Lundi 12.04.2021
Par Natasha Gautier, Anne Edan et Ludovic Bornand
Coucher sa détresse sur le papier puis lire son texte à voix haute, en groupe, peut aider les adolescent·e·s aux idées suicidaires à contrer leur sentiment de solitude. Deux participantes à l’atelier d’écriture de MALATAVIE se livrent.