Go Top

«Ce qu’enfermer des jeunes veut dire»

Lundi 09.04.2018
  • Ce qu’enfermer des jeunes veut dire. Enquête dans un centre éducatif fermé.
  • Arnaud Frauenfelder, Eva Nada, Géraldine Bugnon, Editions Seismo, Collection Terrains des sciences sociales, 2018, 240 pages.

EnfermerCet ouvrage revisite la «question carcérale» en décortiquant ses enjeux contemporains. En Suisse comme en Europe, la délinquance juvénile attise les sensibilités publiques et nourrit les discours sécuritaires. Parallèlement, les mineur·e·s sont progressivement reconnus comme des sujets de droit, dont il faut protéger l’intégrité physique et morale. Ce contexte politique et moral contraint les institutions d’enfermement à garantir plus de « dignité » dans la vie quotidienne des jeunes (réduction des temps d’encellulement, prise en charge pluridisciplinaire), tout en imposant davantage de «fermeté» (renforcement des aménagements sécuritaires, sanctions disciplinaires). Au ommaire :

Introduction. Les centres éducatifs fermés, entre sécurisation et humanisation

  1. Des agents d’encadrement sous influences
  2. Controverses professionnelles dans un champ en mutation
  3. Ce que «bien éduquer» veut dire

  4. Enfermer pour mieux réinsérer? La prison face à son environnement extérieur

Conclusion. L’éducatif sous contrainte, laboratoire d’une nouvelle économie morale de l’enfermement?

Arnaud Frauenfelder, sociologue, est professeur ordinaire à la Haute école de travail social (HETS) de Genève et responsable du Centre de recherche sociale (CERES).

Eva Nada, doctorante en sociologie, est adjointe scientifique à la HETS de Genève et chercheuse associée à l’Institut de sociologie (UNINE).

Géraldine Bugnon, docteure en sociologie, est adjointe scientifique à la HETS de Genève, chercheuse associée au Centre romand de recherche en criminologie (UNINE) et à l’Institut de recherches sociologiques (UNIGE).

Avec un débat dimanche 29 avril 2018 au Salon du Livre


Seismo

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?