Go Top

Rappel inscription à la Journée nationale sur «Travail social et politique»

Vendredi 15.06.2018
  • Date et horaire : vendredi 15 juin 2018, 12h-16h45
  • Lieu : Berne, Aula du PROGR, Speichergasse 4
  • Coût : CHF 60.- pour les non-membres d’AvenirSocial
  • Inscription jusqu’au 1er juin 2018

Avenir Social JourneeLa première journée nationale des travailleurs et travailleuses sociales traitera d’une question qui traverse l’histoire du travail social : celle des liens qui (dés)unissent le travail social et la politique. « Si tu ne t’intéresses pas à la politique, la politique s’intéressera à toi » : ce dicton s’applique-t-il également au travail social ? Au programme :

  • Travailleurs et travailleuses sociales en politique. Une recherche sur les processus de politisation. Par Kathrin Amman, Master en travail social
  • Le travail social, le pouvoir et la politique. Expériences et revendications d’une éducatrice sociale
au Palais fédéral. Par Barbara Gysi, Conseillère nationale (SG/PS) et éducatrice sociale
  • Du travail social à la politique. Une voie, une continuité dans l’engagement. Par Jocelyne Haller, Présidente d’AvenirSocial-Région Genève et députée au Grand Conseil genevois
  • Laboratoires de pratiques et échanges sur les possibilités d’engagement
    • L’éthique et de la déontologie, une ressource pour 
le positionnement politique 

    • Possibilités d’engagement sur le lieu de travail 

    • Influencer les décisions politiques concernant le travail 
social au niveau régional 

    • Faire entendre la voix des travailleurs et des travailleuses 
sociales dans les médias 

    • S’engager au sein d’AvenirSocial 

    • Thème libre 

  • Mots de la fin et action collective. Par 
Annina Grob et Stéphane Beuchat, co-secrétaires généraux d’AvenirSocial

La journée nationale des travailleurs et travailleuses sociales sera précédée, le matin, de l’Assemblée générale d’AvenirSocial, réservée aux membres.


Programme et inscription

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

«Si on est au Smic, il ne faut peut-être pas divorcer»
Lundi 27.01.2020
Par Jean-Pierre Tabin
En France, une commentatrice a récemment créé la polémique en rendant une mère responsable de sa précarité. Cette logique a des racines profondes… qui perdurent aujourd’hui. Y compris en Suisse.