Go Top

Etude nationale sur l’«Entraide autogérée en Suisse»

Mardi 03.10.2017
  • Entraide autogérée en Suisse: importance, portée socio-sanitaire et développement
  • Ben Salah, H., Knüsel, R., Lanfranconi, L.M., Stremlow, J., Bern: Hogrefe, 2017

Cette étude est le fruit d’une collaboration entre deux équipes : à l’Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques, sous la direction du Prof. Dr. René Knüsel, et à la Haute école spécialisée de Lucerne, Travail social, conduite par le Prof. Dr. Jürgen Stremlow. Elle a été mandatée par la Fondation Info-Entraide Suisse qui chapeaute les 20 centres Info-Entraide de Suisse.


Entraide autogeree SuisseRaison d’être.
L’entraide autogérée revêt à l’échelon de la société une grande importance largement sous-estimée à ce jour. Elle complète les systèmes de soins et de santé et contribue à la prévention et promotion des compétences en santé. On peut de plus la qualifier de promotrice de l’innovation (de nouveaux sujets) et de représentante critique des patients.


Quelques chiffres

  • 2500 groupes d’entraide (dont 2226 groupes d’entraide autogérés et 351 groupes avec une guidance professionnelle) qui traitent en tout 280 sujets différents, dont trois quarts de sujets de santé et un quart de sujets sociaux.
  • Le nombre moyen de dix-sept participants par groupe permet d’estimer le nombre de participants à 43 000 pour toute la Suisse.
  • La plus forte densité de groupes d’entraide pour 100 000 habitants se rencontre en Ville de Zurich avec 55 groupes. Le taux le plus faible se trouve au Tessin avec 13 groupes pour 100'000 habitants.


Recommandations.
Les professionnels et les membres des groupes interviewés sont d’avis que l’entraide est une approche complémentaire aux interventions des professionnels, mais qu’elle n’est pas assez promue pour l’instant par le milieu médical et le champ du social. Les groupes d’entraide autogérés sont en effet peu connus du grand public, des politicien-ne-s ou encore des professionnel-le-s du milieu socio-sanitaire. L’étude a ainsi élaboré une série de recommandations pour la promotion de l’entraide autogérée en Suisse sur trois plans : politique, prestataires et professionnels, recherche.

  • Résumé de l’étude, 12 pages en format pdf
  • Commander l’étude, 40 francs, en ligne


Info Entraide Suisse

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Somnifères et tranquillisants: quels risques?
Lundi 19.08.2019
Par Etienne Maffli, Florian Labhart et Stephanie Stucki
En Suisse, environ 200'000 personnes présentent un usage problématique de somnifères et tranquillisants. Les femmes, les personnes âgées et la Suisse latine sont davantage concernées. Comment éviter cette surconsommation ?