Go Top

Statistiques OFS / Le taux d’aide sociale 2015 reste à 3.2%

Mardi 20.12.2016

Le taux d’aide sociale 2015 reste à 3.2%

Office fédéral de la statistique, décembre 2016, Neuchâtel, 4 pages

JPEG - 10.5 ko

En 2015, 265’626 personnes ont bénéficié d’une aide sociale économique. Cela signifie que 3,2% de la population résidante a été soutenue par une prestation d’aide sociale au moins une fois dans l’année. Le taux d’aide sociale est resté inchangé depuis 2013. 4,1% des ménages ont bénéficié d’une aide sociale. Ce sont là quelques-uns des résultats actuels de la statistique de l’aide sociale réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2015, le nombre de personnes ayant bénéficié de prestations de l’aide sociale a augmenté de 3600 environ ou de 1,4% par rapport à l’année précédente. La hausse du nombre de bénéficiaires observée depuis 2008 se poursuit donc. Le taux d’aide sociale, qui indique le rapport entre le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale et la population résidante, s’élevait à 3,2% en 2015 pour l’ensemble de la Suisse. L’augmentation du nombre de bénéficiaires suit donc la croissance démographique.

Quelques constats :

  • Les taux d’aide sociale sont toujours supérieurs à la moyenne dans les cantons avec des centres urbains. A l’inverse, les cantons ruraux font état de valeurs plus basses que la moyenne.
  • Le taux d’aide sociale des personnes mineures s’est accru de 4,5% à 5,2% depuis 2009
  • Le risque de dépendre de l’aide sociale a augmenté pendant cette période de 0,1 point chez les personnes de nationalité étrangère, pour atteindre 6,2% en 2015.
  • Avec un taux de 5,6% en 2015, les personnes divorcées présentent également un risque élevé de dépendre de l’aide sociale.

Synthèse en format pdf

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les incohérences du prix des médicaments
Jeudi 23.05.2019
Par Josef Hunkeler
Des milliers de médicaments sont vendus en Suisse. L’autorité nationale de surveillance n’a toujours pas trouvé le moyen de réguler ce marché dans l’intérêt du patient. Pourquoi donc la fixation des prix est-elle si complexe?