Go Top

Internet / « Histoires de transition » sur les jeunes en décrochage

Mardi 26.01.2016

Histoires de transition

Site internet à lire, à voir et à écouter, créé par 30 étudiant·e·s romands en travail social.

JPEG - 72.2 ko

Les étudiant.es du module d’approfondissement romand OASIS intitulé « La citoyenneté agressée, la place des jeunes dans la ville » sont allés dans les structures genevoises de travail social actives auprès des jeunes en décrochage. Ce réseau est constitué du dispositif de travail social hors murs, de structures municipales d’insertion et de permanences d’accueil cantonales.

Crayons à dessin, appareils photo et enregistreurs en main, les futur.es travailleur.euses sociaux.ales sont allés à la rencontre des jeunes et des professionnel.les œuvrant dans ce réseau. Par le biais de l’observation directe, de l’observation participante et de l’entretien, les étudiant.es se sont efforcé.es de saisir en finesse le quotidien de ces espaces de travail social de proximité.

Plutôt que de restituer les fruits de leur enquête par le biais d’articles scientifiques ou professionnels, les étudiant.es se sont inspirés de la sociologie narrative, ou du roman social, et se sont fait auteur.es de récits singuliers. Des récits présentés sur ce site qui, résolument, mettent en avant l’expérience de la transition juvénile et la dimension sensible de « l’art de faire » du travail social de proximité.

Ce module a été mis sur pied en étroit partenariat avec la FASe (Transit Meyrin -Tshm Versoix-Tshm rive droite-Tshm Carouge), l’association BAB-VIA et la permanence du dispositif Point jeunes de l’Hospice Général. L’équipe du module : Monica Battaglini, Julie Peradotto, Alexandra Pittet, Laurent Wicht.

Histoires de transition

L'affiche de la semaine

Agenda social et santé

Dernier article

Les proches aidants, champions de l’organisation
Lundi 23.09.2019
Par Florence Ducrocq
Des entretiens et un sondage en ligne ont donné la parole aux proches aidant·e·s. Les tâches accomplies sont encore plus complexes que ce que l’on imagine. Surtout quand il faut remédier aux défaillances des systèmes sociaux et sanitaires.